La "dirty water", l'arme anti-émeute d'Israël

Pour empêcher les Palestiniens de sortir manifester dans Jérusalem-Est, la police israélienne répand un liquide pestilentiel dans les rues.

Un policier israélien tirant des gaz lacrymogènes lors de heurts  à JérusalemEst (Israël), le 3 juillet 2014.
Un policier israélien tirant des gaz lacrymogènes lors de heurts  à JérusalemEst (Israël), le 3 juillet 2014. (SALIH ZEKI FAZLIOGLU / ANADOLU AGENCY)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une méthode particulière qu'utilise la police israélienne pour empêcher les Palestiniens de Jérusalem-Est de se rassembler pour protester contre l'offensive de Tsahal dans la bande de Gaza. Comme l'explique Le Monde dans son édition du 29 juillet, les forces de l'ordre israélienne ont instauré une nouvelle pratique suivant chaque émeute dans la partie palestinienne de la capitale : un camion blanc y répand un liquide pestilentiel, impossible à nettoyer pendant deux ou trois jours.

Ce liquide appelé "dirty water" ("eau sale" en anglais) imprègne alors les trottoirs, les façades, les fenêtres et même les arbres des quartiers visés. Son objectif est de convaincre les habitants de ces zones de ne pas sortir de chez eux, et donc d'empêcher tout rassemblement susceptible de se transformer en émeute. Il s'agit également de punir collectivement tout un quartier où des troubles ont eu lieu.

Mais la substance pestilentielle s'est également incrustée à l'intérieur des habitations de Jérusalem-Est. Un épicier cité par Le Monde a dû jeter son stock de nourriture plusieurs fois, expliquant qu'il ne compte plus, du coup, dissuader les jeunes de son quartier de jeter des pierres sur les soldats israéliens. "Qui sommes-nous pour qu'on nous traite au moyen d'insecticides comme des rats ou des moustiques ?", s'interroge un autre habitant furieux.