Israël-Palestine : un attentat à Tel-Aviv fait sept blessés, l'opération israélienne en Cisjordanie occupée se poursuit

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a évoqué une attaque "héroïque", parlant "d'une première réponse aux crimes (...) dans le camp de Jénine" en Cisjordanie occupée.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des membres des services de sécurité et d'urgence près du lieu d'un attentat à Tel-Aviv (Israël), le 4 juillet 2023. (JACK GUEZ / AFP)

Un attentat à la voiture-bélier a fait sept blessés à Tel-Aviv (Israël), mardi 4 juillet, à l'heure où l'armée israélienne poursuivait une opération de grande envergure à Jénine dans le nord de la Cisjordanie occupée, dans laquelle 11 Palestiniens ont été tués. 

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a salué une attaque "héroïque", parlant "d'une première réponse aux crimes (...) dans le camp de Jénine". Israël y mène depuis lundi sa plus importante opération militaire en Cisjordanie occupée depuis plusieurs années.

Selon de premières informations, une voiture a attaqué des civils dans le nord de Tel-Aviv, a annoncé la police israélienne, ajoutant avoir "neutralisé l'assaillant". Sur les lieux de l'attaque, le chef de la police, Yaakov Shabtai, a déclaré que le "terroriste" était un habitant de Cisjordanie abattu par un passant. "Il semble que le suspect conduisait un véhicule allant du sud au nord, qu'il a foncé sur des piétons qui se trouvaient dans une rue commerçante et qu'il est sorti de son véhicule pour poignarder des civils avec un objet tranchant", a précisé la police. 

"Le pire raid depuis cinq ans" 

A Jénine, les magasins sont restés fermés mardi, a rapporté un correspondant de l'AFP, au deuxième jour d'une opération mobilisant des centaines de soldats israéliens dans cette ville et le camp de réfugiés adjacent. Les rues quasi désertes sont jonchées de débris et de pierres, le bitume est éventré et la chaussée est noircie autour de barricades improvisées.

L'armée a annoncé avoir frappé "un centre d'opérations conjointes" d'un groupe armé local, la Brigade de Jénine, un dépôt d'armes, un site "d'observation et de reconnaissance" et une cache. "Cent-vingt suspects palestiniens" ont été appréhendés depuis lundi, tandis "qu'environ 300 terroristes armés se trouvent encore à Jénine, la plupart cachés", a annoncé l'armée.

Selon le ministère palestinien de la Santé, 11 Palestiniens ont été tués et 100 ont été blessés, dont vingt dans un état grave. "Nous avons reçu beaucoup de blessés", notamment "par balles", a affirmé Qasem Benighader, un infirmier à l'hôpital de Jénine. "C'est le pire raid depuis cinq ans."

"La récente opération en Cisjordanie occupée et l'attentat à la voiture bélier à Tel-Aviv soulignent de manière inquiétante un schéma d'événements trop familier : la violence ne fait qu'engendrer plus de violence", s'est inquiété le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, mardi. "Les meurtres, les atteintes à l'intégrité physique et la destruction de biens doivent cesser."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.