Israël : huit blessés, dont deux grièvement, dans une attaque contre un bus à Jérusalem

Un homme a été interpellé par la police. Cette attaque intervient une semaine après une opération militaire israélienne contre le Jihad islamique, mouvement islamiste armé, dans la bande de Gaza.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des officiers de police autour du bus qui a été le théâtre d'une attaque armée à Jérusalem (Israël), le 14 août 2022. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Huit personnes ont été blessées, dont deux grièvement, dans une attaque armée contre un bus à Jérusalem (Israël), dimanche 14 août, selon la police locale. "La police a été informée d'une fusillade contre un bus près du Tombeau de David", a-t-elle déclaré, avant les lieux ne soient bouclés. "Le terroriste est entre nos mains" a ensuite Eli Levy, un porte-parole de la police, à la radio publique Kan (en hébreu).

La Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, a expliqué être intervenue après avoir reçu des informations faisant état de tirs contre un bus à Jérusalem. Son porte-parole, Zaki Heller, a, pour sa part, fait état de sept blessés, "tous conscients, une femme et six hommes, dont deux sont dans un état grave". Le porte-parole de l'hôpital Shaarei Tsedek a ajouté que les équipes médicales avaient dû procéder à une opération césarienne d'une femme enceinte. "Elle reste intubée et dans un état grave. Le nourrisson est né et il est dans un état stable."

"Je revenais du Mur des Lamentations. Le bus était rempli de passagers. J'ai stoppé à l'arrêt de bus du Tombeau de David. A ce moment-là, les tirs ont débuté", a témoigné le chauffeur du bus, Daniel Kanievsky à un petit groupe de journalistes sur place. "J'ai vu deux personnes dans le bus saigner. Tout le monde paniquait", a-t-il ajouté, devant son bus criblé de balles, au pied de la Vieille ville de Jérusalem.

Une escalade militaire ces derniers mois

"Tous ceux qui veulent nous faire du mal doivent savoir qu'ils paieront le prix de toute atteinte à nos civils", a réagi dans un communiqué le Premier ministre israélien Yaïr Lapid. De son côté, le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a salué une "opération héroïque" sans la revendiquer formellement. "Notre peuple continuera à résister et à combattre l'occupant avec tous les moyens", a ajouté le Hamas dans un communiqué.

Au printemps, 19 personnes – en majorité des civils israéliens – avaient été tuées, principalement dans des attaques menées par des Palestiniens. Trois assaillants arabes israéliens avaient également été tués. Dans la foulée, les autorités israéliennes ont multiplié les opérations en Cisjordanie occupée. Plus d'une cinquantaine de Palestiniens avaient été tués, incluant des combattants et des civils, dans des opérations et des incidents en Cisjordanie.

La semaine dernière, l'armée israélienne a mené une "opération préventive" contre le Jihad islamique, mouvement islamiste armé, dans la bande de Gaza, qui a répliqué avec des salves de roquettes contre Israël. Au moins 49 Palestiniens, dont des combattants du Jihad islamique mais aussi des enfants, ont péri dans ce week-end d'escalade militaire qui s'est soldé, dimanche dernier, par une trêve favorisée par la médiation de l'Egypte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.