Guerre entre Israël et le Hamas : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 17 mai

Les corps sans vie de trois Israéliens ont été récupérés par l'armée israélienne dans la bande de Gaza. Un premier chargement d'aide humanitaire a commencé à être débarqué par la mer.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un Palestinien dans une rue de la ville de Gaza, le 17 mai 2024. (DAWOUD ABO ALKAS / ANADOLU / AFP)

Son nom avait fait le tour du monde. Les corps de trois Israéliens tués lors des attaques du 7 octobre et emmenés dans la bande de Gaza, dont Shani Louk, ont été récupérés par l'armée israélienne, a annoncé l'armée dans un communiqué. En parallèle, les combats continuent dans la bande de Gaza, notamment à Jabalia et autour de Rafah, où Israël entend toujours mener une offensive d'ampleur. Voici ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 17 mai.

L'armée israélienne poursuit son offensive

La marine israélienne a mené des tirs sur la côte de Rafah, où des milliers de déplacés continuent de fuir après des frappes nocturnes, selon l'hôpital koweïtien de la ville. L'armée a également annoncé à l'AFP avoir mené à Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, les combats "peut-être les plus acharnés" depuis le début de son offensive.

L'armée israélienne a affirmé par ailleurs avoir terminé son opération dans le quartier de Zeitoun à Gaza-Ville (nord), après une semaine de "raids précis", tuant "plus de 90 terroristes". Plus de 35 300 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués depuis le début de la guerre déclenchée par l'attaque du Hamas, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Israël rapatrie les corps de trois otages du Hamas depuis Gaza

"Itzhak Gelerenter, Amit Buskila et Shani Louk ont ​​été retrouvés ce soir lors d'une opération spéciale menée par Tsahal et le Shin Bet", a déclaré vendredi 17 mai le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari. Les familles des victimes ont été averties dans la journée, précise l'armée israélienne dans un communiqué.

Selon le communiqué, les trois victimes ont été tuées pendant l'attaque menée par le Hamas le 7 octobre, et "leur corps ont été emmenés dans la bande de Gaza par des terroristes du Hamas". Shani Louk était apparue inconsciente dans une vidéo, allongée à l'arrière d'un pick-up, aux mains du Hamas. L'image avait fait le tour du monde après l'attaque du 7 octobre en Israël.

Première arrivée d'aide humanitaire par la mer

Après des jours de blocage des arrivées d'aide humanitaire dans le territoire palestinien menacé de famine, l'armée américaine a annoncé qu'un premier chargement avait commencé à être débarqué par la jetée provisoire américaine arrimée sur la côte de la bande de Gaza. Elle a également annoncé l'arrivée "d'environ 500 tonnes [d'aide] dans les prochains jours".

Londres a annoncé pour sa part qu'un chargement d'aide britannique avait été "acheminé avec succès sur le littoral de Gaza (.... ) en même temps que de l'aide des Etats-Unis et des Emirats arabes unis" via le couloir maritime chypriote. La France a de son côté déclaré qu'un bâtiment de la Marine en provenance de Chypre, avec à son bord 60 tonnes d'aide, était en cours de déchargement sur le ponton américain. La voie terrestre reste néanmoins "la plus viable et la plus efficace", a réaffirmé l'agence humanitaire de l'ONU.

Israël dénonce des accusations de "génocide" "déconnectées" de la réalité

L'Afrique du Sud demande à la CIJ d'enjoindre à Israël de cesser son incursion à Rafah, dans le Sud de la bande de Gaza, essentielle selon Israël pour éliminer les militants du mouvement islamiste palestinien Hamas. L'affaire est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a fustigé un représentant israélien devant la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye (Pays-Bas).

"L'Afrique du Sud présente à la cour pour la quatrième fois un tableau complètement déconnecté des faits et des circonstances", a déclaré Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël. "Une guerre tragique est en cours mais il n'y a pas de génocide", considère le représentant d'Israël, qui a réitéré l'engagement "inébranlable" du pays envers le droit international.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.