Israël-Palestine : 22 000 manifestants en soutien aux Palestiniens en France, 51 personnes interpellées, selon le ministère de l'Intérieur

Pas moins de 4 200 membres des forces de l'ordre étaient mobilisés samedi dans la capitale, selon la préfecture de police.

Un manifestant à terre à Paris, lors d\'un rassemblement en faveur des Palestiniens interdit par les autorités, le 15 mai 2021.
Un manifestant à terre à Paris, lors d'un rassemblement en faveur des Palestiniens interdit par les autorités, le 15 mai 2021. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Des rassemblements partout en France et des tensions à Paris. Quelque 22 000 personnes ont manifesté en soutien aux Palestiniens dans l'Hexagone, selon le ministère de l'Intérieur. Ils étaient entre 2 500 et 3 500 à Paris, selon cette même source, malgré l'interdiction du rassemblement parisien, confirmée en justice. Dans la capitale, les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser les manifestants. A 19 heures, 51 personnes avaient été interpellées en France, dont 44 à Paris, a indiqué Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, sur Twitter. Un gendarme a également été blessé.

 Un important dispositif policier à Paris. Dans la capitale, un déploiement policier massif était visible dans tout le quartier de Barbès. Pas moins de 4 200 policiers et gendarmes étaient mobilisés, selon la préfecture de police, qui avaient pour consigne de "dispersion immédiate" dès que des manifestants tentent de se regrouper.

 Le Conseil d'Etat ne statue pas. Saisi en référé par l'association CAPJPO Europalestine pour annuler l'ordonnance d'interdiction de la manifestation en cours, le Conseil d'Etat a donné raison à la préfecture de police samedi après-midi. "Il n'y a pas lieu de statuer sur l'appel de l'association", a communiqué l'autorité administrative.

D'autres rassemblements en France. Plusieurs rassemblements (statiques) ou des manifestations avaient été autorisés et ont eu lieu à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.

Une escalade militaire entre Israëliens et Palestiniens. Ces appels à manifester interviennent sur fond d'une escalade militaire inédite depuis 2014 entre Israël et le Hamas, dans et autour de la bande de Gaza, et de violences intercommunautaires dans des villes israéliennes. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ISRAEL

16h14 : Il est 16 heures, c'est l'heure de faire un point sur l'actualité de ce samedi :

Malgré l'interdiction, les organisateurs de la manifestation de soutien aux Palestiniens se réunissent à Paris. La police a utilisé des canons à eau pour tenter de les disperser. Plusieurs autres rassemblements autorisés sont en cours à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.

Jean Castex, s'est rendu à la porte de Versailles à Paris, où il a visité un vaccinodrome en compagnie de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté et Florence Parly, ministre des Armées. Le cap des 20 millions de Français primo-injectés devrait être franchi dans la journée.

Une tour de la ville de Gaza qui abritait les locaux de médias internationaux Associated Press et Al-Jazeera a été pulvérisée aujourd'hui par une frappe annoncée quelques minutes avant par l'armée israélienne, tandis que les tirs de roquettes vers la région de Tel-Aviv ont repris, tuant un Israélien.


#LOIRE Le policier grièvement blessé par un projectile hier est sorti du coma et son pronostic vital n'est plus engagé, a appris aujourd'hui France Télévisions par un membre de sa famille.

16h14 : Nous vous en parlions plus tôt dans ce live. Un Israélien de 50 ans a été tué ce midi dans la banlieue de Tel-Aviv, après des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

"Bilan après l'explosion d'une roquette à Ramat Gan : un mort", a tweeté Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne. Les services de secours israéliens ont précisé dans un communiqué que l'homme, retrouvé "grièvement blessé", n'avait pas pu être réanimé.

16h15 : Saisi en référé par l'association CAPJPO EuroPalestine pour annuler l'ordonnance d'interdiction de la manifestation en cours, le Conseil d'Etat vient de donner raison à la préfecture de police. "Il n'y a pas lieu de statuer sur l'appel de l'association", a communiqué l'autorité administrative.

15h44 : A Lille, environ un millier de manifestants se réunissent dans le calme, a constaté un journaliste de France Télévisions.

(Laurent Navez)

15h38 : Bonjour @Martial. Rémy Buisine ne participe pas à la manifestation à titre personnel. Il est journaliste et travaille pour diffuser les images de ce rassemblement et recueillir les témoignages des participants. Comme vous le savez, la presse est libre et le fait de relayer les images de ce qu'il se passe en ce moment à Paris est de l'information.

15h38 : La manifestation est interdite tant pis pour lui. Vous n'avez pas à relayer ce type d'information.

15h52 : Dans de nombreuses villes en France, les manifestations en faveur des Palestiniennes ont débuté. La plupart d'entre elles sont autorisées par les préfectures. Ici à Bordeaux, certains manifestants affichent leur soutien à la Palestine et d'autres leur hostilité à Israël.

15h54 : Le journaliste Rémy Buisine vient d'être percuté par les forces de l'ordre pendant sa couverture de la manifestation de soutien aux Palestiniens à Paris. Sur sa vidéo, on peut voir son téléphone tomber par terre, sous le coup de matraque d'un fonctionnaire de police. Il affirme avoir été ensuite "violemment plaqué contre le mur".

15h14 : Bonjour @Endémocratie. La décision du Conseil d'Etat se fait toujours attendre... L'autorité administrative devait se prononcer en début d'après-midi, avant le début de la manifestation prévue pour 15 heures.

15h55 : Le Conseil d'Etat a-t-il pris une décision concernant la manifestation pro-palestinienne à Paris ?

15h07 : Des milliers de personnes ont manifesté aujourd'hui dans le centre de Londres en soutien au peuple palestinien. Les manifestants se sont rassemblés à côté de Hyde Park, puis se sont dirigés vers l'ambassade d'Israël, de l'autre côté du parc, brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes demandant de "libérer" les territoires palestiniens.


(TOLGA AKMEN / AFP)

14h57 : L'armée israélienne a mené une frappe sur l'immeuble d'une dizaine d'étages abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) dans la bande de Gaza, ont constaté des journalistes de l'AFP.

14h58 : Des canons à eau sont utilisés pour disperser les manifestants lors du rassemblement pro-palestinien organisé en ce moment à Paris. Au total, 4 200 policiers sont mobilisés pour empêcher des débordements.

15h01 : Il y aura bien une marche de soutien aux Palestiniens à Strasbourg aujourd'hui, rapporte France Bleu Alsace. Une quinzaine d'associations lancent un appel pour un rassemblement à 15 heures place de l'université avec une déambulation vers la place du Corbeau. Cette manifestation a été autorisée par la préfecture du Bas-Rhin, qui en a interdit une autre le même jour, place de la République.

15h05 : Dix membres d'une famille palestinienne, parmi lesquels huit enfants et deux femmes, ont été tués ce matin dans une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza, ont annoncé les secours palestiniens.

Le raid a touché la maison de la famille située dans le camp de réfugiés Al-Shati, ont indiqué des sources paramédicales.

15h06 : Les premiers manifestants du rassemblement pro-palestinien sont arrivés à Paris et ont immédiatement été encerclés par les forces de l'ordre tandis que la décision du conseil d'Etat est attendue dans les toutes prochaines minutes.

13h52 : Un Israélien tué près de Tel-Aviv après des tirs de roquettes depuis Gaza, selon la police et les secours israéliens.

13h57 : Pour la troisième fois en une demi-heure, la sirène qui prévient des tirs de roquettes a retenti à Tel-Aviv, nous apprend une journaliste de la chaîne israélienne I24news. Cette dernière a été contrainte de suspendre ses programmes en plein direct.

13h11 : Un dispositif de sécurité important est prévu à Paris pour la manifestation pro-palestinienne, maintenue par les organisateurs malgré l'interdiction de la préfecture de police.

12h14 : Il est midi, c'est l'heure de faire un point sur l'actualité de ce samedi :

#COVID_19 Jean Castex est arrivé à la porte de Versailles, à Paris, où il visite un vaccinodrome en compagnie de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, et Florence Parly, ministre des Armées. Le cap des 20 millions de Français ayant reçu au moins une injection devrait être franchi dans la journée.

Malgré l'interdiction, les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne appellent à se réunir à Paris dès 15 heures. Plusieurs autres rassemblements sont prévus et autorisés à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.


Des avions de combat israéliens ont frappé des cibles dans le centre de Gaza dans la nuit, selon l'armée israélienne.


#LOIRE Le policier grièvement blessé par un lancer de projectile vendredi est sorti du coma et son pronostic vital n'est plus engagé, a appris ce matin France Télévisions par un membre de sa famille.

12h16 : La manifestation "n’a pas été déclarée auprès des services de la préfecture. Le rassemblement ne remplit pas les conditions concernant le délai qui doit être de trois jours francs au moins avant la date de la manifestation", précise l'administration.

Des rassemblements sont eux toujours maintenus et autorisés comme à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.

11h38 : Après l'interdiction de l'organisation de la manifestation pro-palestinienne à Paris et à Nice, la préfecture de l'Isère a elle aussi interdit celle prévue à partir de 14 heures à Grenoble, rapporte France Bleu Isère.

11h15 : La préfecture de police de Paris a pris un arrêté de fermeture des commerces dans le quartier de Barbès à partir de midi. Elle justifie cet arrêté en raison "des risques sérieux de troubles à l'ordre public liés au rassemblement de personnes qui braveraient cette interdiction".

10h40 : Bonjour . Selon l'article 644-4 du code pénal, "le fait de participer à une manifestation sur la voie publique interdite sur le fondement des dispositions de l'article L. 211-4 du code de la sécurité intérieure est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe." Le risque est donc d'écoper d'une amende de 135 euros. Les organisateurs encourent, eux, six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende, selon l'article 431-9 du code pénal.

10h40 : Bonjour FI, sur le plan pénal, que risquent les organisateurs et les participants qui appellent à manifester cet après-midi à Paris en violation légale de l'interdiction ? Bonne journée.

15h56 : Alexis Corbière, député de la France insoumise en Seine-Saint-Denis, n'ira pas manifester dans le rassemblement en faveur des Palestiniens prévu cet après-midi à Paris malgré l'interdiction de la préfecture. "Il faut protester. Je n'irai pas manifester parce que c'est interdit. Je le regrette", a-t-il annoncé il y a quelques minutes à notre antenne.

13h59 : Faisons un point sur l'actualité à 9 heures :
Des avions de combat israéliens ont frappé des cibles dans le centre de Gaza dans la nuit, selon l'armée israélienne.

#PALESTINE Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne aujourd'hui à Paris ont maintenu leur appel à manifester, en dépit de l'interdiction confirmée par la justice, refusant de "taire [leur] solidarité avec les Palestiniens".

Le cap des 20 millions de Français primo-injectés avec une dose de vaccin contre le virus va être dépassé aujourd'hui, a annoncé hier soir Olivier Véran, conformément à l'objectif fixé par l'exécutif.

Traqué durant plus de trois jours, Valentin Marcone, le principal suspect d'un double meurtre dans les Cévennes, s'est rendu. "Affaibli et hagard", il a été placé en garde à vue pour "assassinats" et a présenté ses excuses aux gendarmes.

#IVRY Une adolescente de 17 ans a été tuée à coups de couteau à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) sur fond de rivalités sur les réseaux sociaux. Un suspect de 14 ans a été interpellé à Massy (Essonne).