Les PDG de la BNP et de Société générale absents d'un sommet saoudien après la disparition du journaliste Khashoggi

Cette conférence économique, organisée par le fonds souverain saoudien, doit se tenir du 23 au 25 octobre et servir de vitrine aux réformes économiques lancées par le prince héritier Mohammed Ben Salmane.

Le président de BNP Paribas, Jean Lemierre, le 10 avril 2018 à Paris.
Le président de BNP Paribas, Jean Lemierre, le 10 avril 2018 à Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Deux semaines après la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ces noms viennent allonger la liste des dirigeants qui boycottent l'événement. Le directeur général de Société générale Frédéric Oudéa et le président de BNP Paribas Jean Lemierre ont annulé, mercredi 17 octobre, leur participation au sommet économique saoudien.

"Frédéric Oudéa ne participera pas au sommet Future Investment Initiative", a indiqué Société générale dans un communiqué. Une annulation qui intervient dans la foulée de celle de Jean Lemierre, président de BNP Paribas, confirmée par le groupe à franceinfo.

D'autres patrons français attendus

Frédéric Oudéa faisait partie de la liste de participants publiée sur le site internet du Future Investment Initiative, qui n'était plus disponible mercredi. Parmi les autres grands patrons de groupes français dont la venue était prévue par le site, figuraient Virginie Morgon (Eurazeo), Jean-Bernard Lévy (EDF) et Patrice Caine (Thalès).

Cette conférence, organisée par le fonds souverain saoudien, doit se tenir du 23 au 25 octobre et servir de vitrine aux réformes économiques lancées par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, considéré comme l'homme fort de l'Arabie saoudite.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qui collaborait notamment au Washington Post, était très critique envers le pouvoir de Riyad. Il a disparu depuis le mardi 2 octobre après être entré dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie) pour obtenir des papiers. Selon plusieurs médias, qui s'appuient sur des sources turques, il aurait été tué à l'intérieur du consulat. Ce que nie toujours officiellement l'Arabie saoudite.