Cinéma : "Much Loved" de Nabil Ayouch s'interroge sur la place des femmes dans le monde arabe

Nabil Ayouch, réalisateur de "Much Loved", qui sort dans les salles françaises mercredi 16 septembre, est l'invité du Grand Soir 3.

FRANCE 3

Au Maroc, l'équipe du film de Nabil Ayouch a vécu sous protection, car elle avait été menacée de mort sur Internet. Sélectionné à Cannes, le long-métrage Much Loved a suscité l'admiration, mais il a été interdit par Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement marocain, avant même de l'avoir visionné.

La prostitution, une réalité que le Maroc ne veut pas voir

C'est que son sujet dévoile un face cachée et taboue du royaume du Maroc : Much Loved brosse le portrait de quatre prostituées à Marrakech, rejetées par leurs familles qui acceptent pourtant l'argent de leurs passes, et leurs nuits avec de riches Saoudiens, des touristes français ou des policiers corrompus.

L'actrice Loubna Abidar porte avec courage l'histoire de Noha, prostituée mère de deux enfants. Les autres actrices choisies par Nabil Ayouch, nées dans des quartiers populaires, s'inspirent de la réalité. Le réalisateur les a parfois laissé improviser à partir de son scénario. C'est aussi cette réalité que le Maroc ne veut pas voir et que montre ce film féministe écrit par un homme qui s'interroge sur la place des femmes dans le monde arabe.

Le JT
Les autres sujets du JT
(FRANCE 3)