Cet article date de plus de sept ans.

Au moins 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite en Irak

Des miliciens chiites ont tiré sur des fidèles sunnites au moment de la prière du vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Des miliciens chiites ont tiré sur des fidèles au moment de la prière dans une mosquée sunnite située au nord-est de Bagdad, en Irak, vendredi 22 août. Le dernier bilan fait état d'au moins 70 morts, selon un nouveau bilan donné par des officiers irakiens et des docteurs.

L'attaque, survenue dans la région de Hamrine, dans la province de Diyala, a été apparemment menée en représailles à la mort de miliciens chiites, soit dans des affrontements, soit dans un attentat dans ce secteur.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, le général Saad Maan, a donné sensiblement la même version de l'attaque. Selon lui, en revanche, la bombe en question avait visé des civils qui s'étaient portés volontaires pour combattre aux côtés des forces de sécurité irakiennes qui avaient alors tiré au hasard.

Un pays en proie aux tensions confessionnelles

Des responsables de l'armée et de la police avaient indiqué plus tôt que l'attaque avait été perpétrée par l'Etat islamique (EI), le groupe jihadiste qui mène, depuis le 9 juin, une offensive d'envergure en Irak.

L'attaque contre la mosquée risque d'aviver les tensions confessionnelles, et augmenter la colère de la minorité sunnite envers le gouvernement à majorité chiite. Celui-ci a pourtant grand besoin de la coopération des sunnites dans son combat contre l'EI.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.