Cet article date de plus de huit ans.

Pourquoi François Hollande est-il exilé sur la photo de famille du G20?

Le Mexique, hôte du premier G20 de François Hollande, a choisi de placer le président français en bout de rang. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo de famille du G20 de Los Cabos (Mexique), le 18 juin 2012. (EDGARD GARRIDO / REUTERS)

François Hollande doit batailler dur pour son premier G20. Ses électeurs l'attendent au tournant, et ses homologues aussi. A peine arrivé à Los Cabos, au Mexique, lundi 18 juin, il a dû encaisser les railleries du britannique David Cameron sur son projet de taxer à 75% les très hauts revenus. Puis, sur la photo de famille, lundi soir, il apparaît à l'extrême gauche du premier rang, loin, très loin de l'hôte de ce sommet, le président mexicain Felipe Calderon.

L'image n'a pas manqué d'exciter certains utilisateurs chafouins de Twitter, qui comparent la photo à celle de 2011, sur laquelle Nicolas Sarkozy occupait une position centrale (voir la photo à la fin de cet article). En oubliant de préciser que ce G20-là se tenait à Paris. 

 

Entre Felipe Calderon et François Hollande se trouvent, dans l'ordre, le président chinois Hu Jintao, l'Américain Barack Obama, l'Indonésien Susilo Bambang Yudhoyono et l'Argentine Cristina Fernandez. Pourquoi François Hollande est-il si loin ? En l'absence de réponse officielle du service du protocole du Quai d'Orsay, FTVi émet quelques hypothèses avec l'aide de chercheurs en relations internationales.

• C'est le petit nouveau

François Hollande est "le petit dernier" arrivé à la table des dirigeants, comme le rappelle Jérôme Sgard, économiste au Centre d'études et de relations internationales (Ceri). Pour lui, "la place sur la photo ne peut pas être un baromètre du standing des uns et des autres". Elu le 6 mai 2012, il subit donc le même traitement que Vladimir Poutine, élu le 4 mars 2012 et placé à l'extrême droite du premier rang.

En 2008, à Washington, le président Nicolas Sarkozy, élu depuis un an et demi, était lui aussi un peu excentré. Entre George W. Bush et lui se tenaient le Chinois Hu Jintao et le Saoudien Abdallah 1er.

Le G20 de Washington, le 15 novembre 2008. (JASON REED / REUTERS)

 

 • Les relations franco-mexicaines sont fraîches

Et si le protocole mexicain donnait tout de même la température des relations internationales avec cette image ? L'affaire Florence Cassez, Française emprisonnée au Mexique depuis plus de six ans, a tendu les relations entre les deux pays. Et "l'intervention publique de Nicolas Sarkozy en sa faveur, lors de sa visite d'Etat, n'a pas facilité les choses", souligne l'éditorialiste du Figaro Pierre Rousselin sur son blog.

• Le Mexique fait de l'œil à l'Asie

La photo officielle est un exercice diplomatique à part entière. Si l'économiste Jérôme Sgard estime que "des règles protocolaires neutres permettent d'éviter les conflits", le portrait de famille donne l'occasion au pays organisateur d'adresser des clins d'œil à ses camarades. "Il paraîtrait logique qu'Obama soit à côté de Calderon, vu les relations entre les deux pays, analyse Jean-Jacques Kourliandsky, de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), mais il est possible que le Mexique tende la main à ses partenaires asiatiques, justement pour contrebalancer le poids des Etats-Unis".

Le spécialiste de l'Amérique latine ajoute d'ailleurs qu'il n'y a pas que la France qui soit écartée, "l'Europe est quasi-absente". Et cela se voit sur la photo. Angela Merkel, Jose Manuel Barroso, David Cameron et Mario Monti sont relégués au second rang.

 

La photo du G20 de 2011, à Paris :

La photo de famille du sommet du G20 de Paris, le 3 novembre 2011. (LAN HONGGUANG / XINHUA /AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.