Cet article date de plus de sept ans.

Peter Kassig, ancien soldat reconverti dans l’humanitaire

L'organisation terroriste Daech a revendiqué dimanche l'assassinat de l’Américain Peter Kassig, détenu depuis octobre 2013. Ancien combattant en Irak, le jeune homme de 26 ans avait décidé en 2012 de s'engager dans l'humanitaire pour venir en aide à la population syrienne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le 8 novembre 2014, des proches et volontaires de l'ONG de Peter Kassig  (en photo au centre), donnent une conférence de presse pour demander sa libération. Son assassinat a été revendiqué ce dimanche par l'organisation Daech © REUTERS/Omar Ibrahim)

Aux Etats-Unis, la presse parlait de lui en ces termes : "Next on line"… Peter Kassig, 26 ans, était la victime suivante sur la liste du groupe terroriste Daech (acronyme arabe pour Etat islamique), et ce malgré les démarches entreprises par sa famille et ses amis pour tenter de lui sauver la vie. Le 8 novembre dernier, dans le nord du Liban, des proches avaient organisé une conférence de presse réclamant sa libération (photo-ci-contre).

►►► A LIRE AUSSIL'appel des parents de Peter Kassig, détenu par les terroristes de Daech

 

Originaire de l’Indiana, aux Etats-Unis,  Peter Kassig a d’abord été soldat de l'armée américaine, engagé en Irak entre avril et juillet 2007. Démobilisé pour raisons de santé en 2012, il a alors décidé de s’investir dans l’humanitaire. Il s'est spécialisé dans la médecine d'urgence et s'est rendu au Liban où il a travaillé comme volontaire dans les hôpitaux. Il a ensuite créé une ONG, "Special Emergency Response and Assistance", formant une centaine de volontaires pour fournir des médicaments, des équipements de cuisine et des vêtements à des réfugies syriens.

 

Peter Kassig a été capturé en octobre 2013 à Daïr az Zour, dans l'est de la Syrie. Selon sa famille, il s'est converti à l'islam pendant sa captivité et a opté pour le prénom d'Abdul Rahman. Dans une lettre datée du 2 juin et adressée à ses parents, il confiait ceci : "J'ai évidemment peur de mourir mais le plus dur est de ne pas savoir, d'espérer et de se demander si je peux même espérer quoique ce soit". Et de poursuivre : "Si je meurs, je pense que nous, vous et moi, pourrons au moins trouver du réconfort en pensant que je suis parti (en Syrie) pour tenter d'alléger les  souffrances et aider ceux qui sont dans le besoin", selon les termes de sa lettre.

Qui était Peter Kassig ? Son portrait par Frédéric Carbonne, envoyé spécial permanent de France Info aux Etats-Unis
écouter

Dans une vidéo mise en ligne ce dimanche, le groupe terroriste Daech a revendiqué l'exécution par décapitation de Peter  Kassig en représailles à l'envoi de conseillers militaires américains en Irak. Les islamistes ont également revendiqué l'assassinat de 18 hommes présentés comme des soldats syriens. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.