LA PHOTO. Les jeunes Palestiniennes en première ligne contre Israël

Les ongles vernis («manicured fingers» est leur surnom dans la presse anglo-saxonne), les yeux faits, les filles de Gaza et de Cisjordanie, la plupart étudiantes âgées d'une vingtaine d'années, sont de plus en plus nombreuses, au nom de l'égalité, dans les rangs très masculins des activistes anti-occupation israélienne. Elles disent ne pas croire aux négociations et n'avoir rien à perdre.

A Hébron, en Cisjordanie, 13 octobre 2015, le visage masqué par un keffieh, le foulard palestinien, une étudiante s'apprête à lancer une pierre en direction des forces israéliennes, postées devant l'accès bloqué de la ville, alors que les observateurs évoquent de plus en plus souvent la possibilité d'une troisième intifada.