Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence mercredi, après une nouvelle journée de conflit à Gaza

Il s'agit de la plus grave journée de conflit Israël et les groupes armés palestiniens depuis la guerre de 2014.

De la fumée s\'élève au-dessus de la ville palestinienne de Gaza, après des frappes de l\'armée israélienne, le 29 mai 2018.
De la fumée s'élève au-dessus de la ville palestinienne de Gaza, après des frappes de l'armée israélienne, le 29 mai 2018. (ASHRAF AMRA / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a annoncé, mardi 29 mai, qu'il se réunirait en urgence mercredi pour évoquer la situation à Gaza. L'armée israélienne a frappé des dizaines de cibles sur le territoire palestinien, mardi, en représailles à un feu nourri de roquettes et d'obus. Trois soldats israéliens ont été blessés par les tirs et ont été évacués, a précisé Tsahal. 

Aucune victime n'a été rapportée côté palestinien. Fait rare, les bras armés du Hamas et du Jihad islamique ont publié un communiqué commun pour revendiquer la responsabilité des tirs contre Israël. Il s'agit selon eux d'une réponse à des attaques israéliennes contre leurs positions à Gaza.

Le territoire israélien a essuyé pendant la journée son "plus important barrage de tirs d'obus de mortier et de roquettes" depuis 2014, a indiqué un porte-parole de l'armée israélienne. Le système de défense anti-aérienne "Dôme de fer" a intercepté environ 25 projectiles, a-t-il précisé. En représailles, Israël a apporté "la réplique la plus importante depuis 2014", son aviation et son artillerie frappant plus de 35 positions à Gaza.