En Israël, les cerfs-volants en feu lancés depuis Gaza attisent la colère du gouvernement

En Israël, le gouvernement se mobilise contre des cerfs-volants en feu, lancés depuis la bande de Gaza et devenus le symbole de la contestation palestinienne. 

Un cerf-volant enflammé près du kibboutz de Beeri le 5 juin 2018 (Israël).
Un cerf-volant enflammé près du kibboutz de Beeri le 5 juin 2018 (Israël). (MENAHEM KAHANA / AFP)

En Israël, des cerfs-volants enflammés, lancés depuis la bande de Gaza, déclenchent des départs de feux qui inquiètent de plus en plus le gouvernement. Depuis fin mars, selon les autorités, 200 envois palestiniens ont incendié 900 hectares de champs et de réserves naturelles. 

Nahal Oz
Nahal Oz (GOOGLE MAPS / RADIOFRANCE)

À quelques dizaines de mètres de la frontière avec Gaza, sur la route du kibboutz de Nahal Oz, des marques noires, autant de signes d’incendies, apparaissent dans les champs de blé. Le feu est devenu une menace permanente qui perturbe le quotidien, explique Aviad. Cet habitant de Nohal Oz s'est improvisé pompier, comme une quarantaine d'autres volontaires du kibboutz. Ils se sont organisés en fondant un groupe sur l'application WhatsApp. "Les pompiers mettent du temps avant de venir, alors ils nous disent, 'Allez-y faites ce que vous pouvez pour éviter que les feux touchent les kibboutz'", témoigne-t-il.

Ça peut arriver à n'importe quelle heure, vous vous en rendez compte avec l'odeur. On se prévient. Et on regarde si l'un de nous est à proximité, s'il peut foncer pour combattre le feu.Aviad, au kibboutz de Nahal Ozà franceinfo

Ces derniers jours, les flammes se sont approchées de la ville de Sdérot, également proche de la bande de Gaza.

Un débat de plus en plus tendu

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure plaide pour que l’armée vise les lanceurs de cerfs-volants. L’autorité qui gère les terres menace de poursuivre le Hamas devant une cour internationale. Et le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, envisage de ponctionner financièrement l’Autorité palestinienne, en raison du coût des dégâts. Mais au kibboutz de Nahal Oz, Iran Rahamin doute de l’efficacité des menaces. Pour ce jeune homme, "qui ne voit pas arriver de solution", cette affaire de cerfs-volants devrait plutôt servir à relancer le sujet du développement à Gaza. 

Tous les débats dans le gouvernement ou l'opinion publique, c'est qu'il faut frapper Gaza encore plus fort, mais ça ne résoudra rien.Iran Rahamin, habitant du kibboutz de Nahal Ozà franceinfo

À Gaza, depuis deux mois, les cerfs-volants enflammés, poussés par le vent de la mer, sont devenus l’outil numéro un pour perturber le camp israélien. Des vidéos sur internet montrent comment les fabriquer. À présent, ces engins sont perfectionnés par des ballons gonflés à l’hélium. L’un des derniers ayant touché le kibboutz de Nahal Oz, représentait Bob l’éponge, le personnage de dessin animé.

En Israël, les cerfs-volants en feu lancés depuis Gaza attisent la colère des autorités - un reportage d'Etienne Monin
--'--
--'--