L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft provoque l'évacuation de bureaux en Australie et s'excuse

En voulant promouvoir la sortie de son dernier jeu, Watch Dogs, l'entreprise française a déclenché la panique dans le centre de Sydney.

Une image tirée du nouveau jeu d\'Ubisoft Watch Dogs, sorti mardi 27 mai 2014, sur consoles et PC. 
Une image tirée du nouveau jeu d'Ubisoft Watch Dogs, sorti mardi 27 mai 2014, sur consoles et PC.  (UBISOFT / AP / SIPA)

Ce qui devait être un simple coup de pub a provoqué l'évacuation des bureaux. L'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft a présenté, jeudi 29 mai, ses plus plates excuses après avoir déclenché l'intervention de la police dans le centre de Sydney (Australie).

Pour promouvoir son nouveau jeu, Watch Dogs, Ubisoft a envoyé au bureau d'un journaliste une copie de sa production, dans un coffre-fort noir, accompagné d'une note lui demandant de consulter sa boîte vocale. Sauf que le destinataire, qui n'écrit pas sur les jeux vidéo, n'a pas de boîte vocale.

La livraison "ne s'est pas déroulée comme prévu"

Lorsque le destinataire a voulu ouvrir le coffre, l'objet s'est mis à sonner. La police a été appelée et les bureaux évacués. Les officiers ont forcé le coffre et découvert le jeu Watch Dogs à l'intérieur, ainsi que des gadgets promotionnels.

Dans un communiqué, Ubisoft indique que la livraison "ne s'est pas déroulée comme prévu". Le groupe présente "ses excuses sans réserve", et promet de s'assurer que "cette sorte de situation ne se reproduise pas".