Obama tend la main à la nouvelle majorité républicaine du Congrès

Le président américain Barack Obama s'est dit déterminé mercredi à coopérer avec ses adversaires républicains, qui ont pris la veille le contrôle du Congrès lors des élections de mi-mandat.

(Barack Obama mercredi à la Maison-Blanche © REUTERS/Larry Downing)

Les républicains ont passé "une bonne soirée " électorale, a reconnu mercredi Barack Obama, lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche. "A tous ceux qui ont voté, je tiens à dire que je les ai entendu s", a-t-il dit."J'ai hâte de travailler avec le nouveau Congrès pour que les deux prochaines années soient aussi constructives que possible ", a-t-il ajouté, alors que les républicains ont remporté les élections de mi-mandat.

"Les Américains nous ont envoyé un message" "ils veulent que le job soit fait quelque soit le parti politique" - Barack Obama
--'--
--'--
Le président américain a assuré que les valeurs sur lesquelles s'appuierait le travail de son administration demeureraient les mêmes, malgré ce changement électoral. Il a indiqué aussi qu'il pourrait travailler de manière productive avec Mitch McConnell, appelé à devenir le nouveau chef de la majorité républicaine au Sénat. "Le message retentissant de cette élection et des dernières élections, est que nous devons agir ", a-t-il dit. "Les affiliations partisanes ne sont pas importantes ". 

Réforme du système d'immigration : le "chiffon rouge" pour les républicains

Barack Obama a expliqué qu'il demandrait formellement au Congrès de débattre d'une autorisation de recours à la force contre le groupe Etat islamique. "Le monde doit savoir que les Etats-Unis sont unis dans cet effort, et les hommes et femmes de notre armée méritent notre soutien clair et uni ", a déclaré Barack Obama, qui a admis qu'il était "trop tôt " pour savoir si les Etats-Unis étaient en train de l'emporter face aux jihadistes.

Barack Obama a ajouté que deux domaines devraient faire l'objet d'un terrain d'entente :  les infrastructures et le soutien aux exportations américaines. Il a a également une nouvelle fois appelé le Congrès à adopter une réforme du système d'immigration, réaffirmant son intention d'agir par décrets d'ici la fin de l'année sur ce sujet. Quelques minutes plus tôt, le chef des républicains du Sénat, Mitch McConnell, avait qualifié de "chiffon rouge " d'éventuels décrets unilatéraux sur l'immigration, qui incluraient vraisemblablement la régularisation d'une partie des 11 millions de sans-papiers installés aux Etats-Unis.

Enfin, le président américain a ajouté qu'il était ouvert à des modifications "responsables " de sa réforme de la santé, pièce maîtresse de son premier mandat, sans pour autant accepter des révisions qui saboteraient la réforme. Ainsi dit-il ne pas imaginer que l'on puisse revenir sur le "mandat individuel" qui prévoit que chaque Américain ait une assurance-maladie.