Midterms : Obama perd la majorité au Congrès américain

Les républicains détiennent désormais au moins 52 des 100 sièges du Sénat, et conservent le contrôle de la Chambre des représentants - voilà qui réduit le champ d'action du président Obama pour ses deux dernières années de mandat...

(Mitch McConnel, sénateur du Kentucky, devient le leader de l'opposition © REUTERS/Shannon Stapleton)

Voilà qui représente un sérieux revers pour les démocrates, et qui risque de limiter la marge de manoeuvre de Barack Obama pour ses deux dernières années à la Maison Blanche : les républicains sont ce matin les patrons des deux assemblées, Chambre des représentants et Sénat.

Comme craint avant le scrutin, ils se sont donc emparés de la majorité au Sénat lors des midterms, ces élections de mi-mandat, en détenant désormais au moins 52 des 100 sièges - le Sénat était dominé par les républicains depuis 2006. Leur victoire s'est notamment dessinée dans le Colorado, l'Arkansas ou le Dakota du Sud, où les candidats républicains ont fait tomber des sénateurs démocrates sortants.

Mitch McConnel, sénateur du Kentucky, va désormais incarner, en tant que chef de la majorité au Sénat, l'opposition au président Obama. Juste après sa propre réélection, il a lancé : "Cette expérience de trop d'Etat a suffisamment duré. Il est temps de changer de direction! Il est temps de remettre le pays sur la bonne voie!"

"Vous serez entendus à Washington", a lancé Mitch McConnel à ses électeurs
--'--
--'--

Des dizaines de lois "pro-croissance"

Et à la Chambre des représentants, les républicains, qui la contrôlent depuis 2010, pourraient même renforcer leur mainmise... Les chiffres ne sont pas encore connus à l'heure qu'il est. 

Quoi qu'il en soit, les républicains contrôlent désormais entièrement le Congrès, ce qui les place en position de dicter l'agenda parlementaire. Leur priorités seront économiques, ont-ils déjà prévenu. Des dizaines de lois "pro-croissance" sont prêtes pour autoriser la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et le Golfe du Mexique, ou pour développer la production de gaz naturel, ou aider les petites entreprises, ou réduire les réglementations.

Le succès des républicains est surtout dû à la lassitude des électeurs, fatigué de quatre ans de guerre de tranchées parlementaire : aucune réforme n'a pu être adoptée par le Congrès. Ces élections de mi-mandat ont, une fois de plus, pris la forme de votes-sanctions contre le parti au pouvoir...

Barack Obama ne s'est pas encore exprimé, mais il a invité les responsables du Congrès à la Maison Blanche pour vendredi.