Cet article date de plus de treize ans.

Obama plaide pour une réforme financière

Barack Obama a stigmatisé lundi les excès de Wall Street et appelé à une réforme énergique du système financier
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Barack Obama, le 14 septembre 2009 (© France 2)
Barack Obama a stigmatisé lundi les excès de Wall Street et appelé à une réforme énergique du système financierBarack Obama a stigmatisé lundi les excès de Wall Street et appelé à une réforme énergique du système financier

Un an après la chute de la banque Lehmann Brothers, le président américain a prononcé un discours très attendu à New York devant de hauts dirigeants de la finance.

Il a averti qu'il ne tolèrerait plus "les excès incontrôlés" de ceux qui à Wall Street refusent de tirer les leçons de la crise et a demandé une régulation des primes des financiers.

"Malheureusement, il y en a certains, dans l'industrie financière, qui se trompent dans la lecture du moment présent", a déploré M. Obama. "Au lieu de tirer les leçons (du dépôt de bilan) de Lehman et de la crise dont ils n'ont toujours pas fini de se remettre, ils choisissent de les ignorer", a-t-il dit devant un parterre de dirigeants de la finance.

Le président américain a reconnu la lourde responsabilité de Washington et de Wall Street dans la crise. "C'est une défaillance collective du sens des responsabilités à Washington, à Wall Street et dans toute l'Amérique qui a conduit au quasi-effondrement de notre système financier il y a un an", a-t-il estimé.

Il a une nouvelle fois réclamé des "règles de conduite vigoureuses qui nous protègent contre les risques systémiques que nous avons connus". Et a pressé les établissements de Wall Street de se saisir de la question des primes exorbitantes versées à leurs dirigeants.

"Vous n'avez pas à attendre davantage pour soumettre les primes de vos plus hauts dirigeants au vote des actionnaires. Vous n'avez pas à attendre qu'une loi soit adoptée pour réformer votre système de rémunération et faire en sorte qu'on soit récompensé pour ses performances à long terme, et non plus pour des bénéfices à courte vue", a déclaré Barack Obama.

Barack Obama a rappelé les propositions détaillées par son administration en juin pour atténuer les fragilités du système financier: renforcement du contrôle exercé par la Réserve fédérale (Fed) sur les plus grandes institutions financières, création d'une autorité permettant au gouvernement de reprendre et de disposer de grandes institutions en déconfiture. Une nouvelle agence de protection des consommateurs verrait le jour. Elle superviserait les crédits immobiliers et les crédits à la consommation.

A quelques jours de la réunion du G20 à Pittsburgh (USA), le président américain a également appelé les dirigeants des pays développés et des grandes économies émergentes à réformer de manière "énergique" les règles du système financier mondial.

Ce sommet de Pittsburgh est précédé d'une vive querelle entre les Etats-Unis et la Chine depuis que M.Obama a signé vendredi un décret imposant des droits de douane supplémentaires aux pneus chinois destinés à compenser leur augmentation anormale selon Washington.

Le président américain s'est défendu lundi de l'accusation de protectionnisme mais a prévenu qu'il ferait respecter les accords commerciaux existants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.