Dubaï : l'ONU affirme "ne pas encore" avoir reçu de preuves de vie de la princesse Latifa

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme avait demandé aux Emirats arabes unis des preuves de vie de la princesse de 35 ans, fille de l'émir de Dubaï et Premier ministre des Emirats arabes unis. La jeune femme assure qu'il la retient prisonnière. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vidéo de Latifa al-Maktoum, postée le 11 mars 2018 sur YouTube. (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme "n'a pas encore" reçu de preuves de vie concernant la princesse Latifa al-Maktoum, la fille du souverain de Dubaï, qui dit être retenue contre son gré et craindre pour sa vie, a indiqué un porte-parole, vendredi 5 mars.

Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat, interrogé lors d'un briefing à Genève, a indiqué que des échanges avaient eu lieu entre le Haut-Commissariat et les représentants des Emirats à Genève, mais sans grand résultat.

L'ONU avait indiqué le 19 février demander aux Emirats arabes unis des preuves de vie de la princesse de 35 ans, fille de Mohammed ben Rached al-Maktoum, dirigeant de l'émirat de Dubaï et Premier ministre des Emirats arabes unis. Elle avait en vain tenté de s'évader en bateau de cette cité-Etat du Golfe en 2018, avant d'y être ramenée.

Une "villa transformée en prison" 

Ses proches ont transmis des vidéos dans lesquelles elle dit être enfermée dans une "villa transformée en prison" aux fenêtres condamnées et gardée par des policiers. Ils disent ne plus avoir de nouvelles d'elle. Selon la chaîne publique britannique BBC, les vidéos ont été filmées environ un an après sa vaine tentative d'évasion.

Le même 19 février, l'ambassade des Emirats arabes unis à Londres avait publié un communiqué affirmant : "Sa famille a confirmé que son Altesse est prise en charge chez elle, soutenue par sa famille et des professionnels de la santé. Son état continue à s'améliorer et nous espérons qu'elle reprendra une vie publique en temps voulu".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.