Journée du 8 mars: les combattantes kurdes à l'honneur dans «Terre de Roses»

«Terre de roses», l'autre nom parfois donné au Kurdistan, est un documentaire réalisé au plus près des femmes kurdes qui luttent contre Daech en Irak et qui défendent l'autonomie de leur territoire. Sa réalisatrice, Zaynê Akyol, 30 ans, elle-même d'origine kurde émigrée au Canada, entraîne le spectateur dans une immersion complète auprès de ces guerrières du XXIe siècle.


Le film, tourné en 2014, commence avec la confession en gros plan de Sozdar, la doyenne du bataillon, qui déclare ne jamais remettre en question son engagement et avoue qu'elle aurait aimé avoir une belle balafre sur la joue comme preuve de son attachement à la liberté. Liberté de choisir de se battre aux côtés des hommes dans le mouvement de guérilla lié au PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), considéré comme une organisation terroriste par l'Union européenne.

Liberté aussi de protéger son «pays», le Kurdistan, qui s'étend sur quatre frontières - sud-est de la Turquie, Iran, une petite partie de la Syrie et Irak où il existe un Kurdistan autonome depuis un référendum en 2005.

Chacune d'elles a son arme
Nous suivons ensuite le quotidien de plusieurs jeunes recrues féminines, dont la présence dans la guérilla kurde a été médiatisée depuis quelques années: entraînement physique intensif, discussions sur l'émancipation de la femme comme sur les effets comparés des bombes syriennes ou américaines, soin des cheveux à l'eau d'ortie...

Chacune d'elles a une arme qu'elle entretient avec minutie et qu'elle baptise parfois d'un petit nom comme «Bien-aimée» ou «Patience». Les «Peshmergas» - «celles qui ne craignent pas la mort» sont en formation – certaines n'ont pas 20 ans – et rêvent d'en découdre avec Daech, l'ennemi le mieux partagé du monde.


Leur bataillon croise parfois des troupes de garçons. Alors que 80% des Kurdes sont musulmans, le PKK est un parti laïque qui prône l’égalité entre les hommes et les femmes. C'est pourquoi beaucoup de ces amazones modernes considèrent leur mission armée comme un moyen de leur émancipation. Mais c'est aussi très souvent leur cercueil.

Ce film sensible, et par moments très touchant, a reçu le Prix du meilleur documentaire au festival de Locarno en 2016.


«Terre de Roses»
Le combat des femmes kurdes pour la liberté
Canada, 2016, 86 min.
En salles le 8 mars 2017