Cet article date de plus de sept ans.

Arabie Saoudite : des parcs d'attraction américains pour le divertissement

Le grand groupe américain de divertissement Six Flags est en négociations avec les autorités saoudiennes pour ouvrir des parcs à thèmes dans le royaume wahhabite. Ryad veut diversifier son économie et prévoit de développer le tourisme et les centres de loisirs.
Article rédigé par Eléonore Abou Ez
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Montagne russe dans le parc Six Flags en Californie. (AFP/Jonathan Leibson/ Getty images)

Dans le royaume ultra-conservateur d’Arabie Saoudite, il n'y a pas de théâtres, ni de cinémas et les loisirs sont très limités. Pour se divertir, les Saoudiens qui en ont les moyens se rendent dans les pays voisins, notamment dans les Emirats où le climat est plus libéral. «Nous sommes bien conscients que les opportunités culturelles et de divertissements actuellement disponibles ne reflètent pas les aspirations croissantes de nos citoyens et résidents», a reconnu le vice-prince héritier Mohamed Ben Salman en annonçant en avril 2016 un plan de réformes économiques.
 
Parcs «made in USA»
Pour se moderniser, l’Arabie Saoudite veut développer les activités culturelles et le divertissement. Au programme du plan 2030, l’ouverture de musées, de bibliothèques et des parcs d’attraction. Le groupe américain de loisirs Six Flags, déjà présent à Dubaï, a annoncé que les négociations sont en cours avec Ryad  pour la construction de parc à thèmes.
 
Parcs pour tous ?
L’Arabie Saoudite possède des petits parcs de loisirs pour enfants, mais l’accueil de parcs d’attractions américains pour adultes serait une grande première dans ce pays ultra-conservateur qui applique la loi islamique. La mixité entre hommes et femmes est strictement interdite dans l’espace public et on ne sait pas encore comment ce site s'adaptera aux coutumes locales. Aucune réaction pour l'instant des milieux religieux radicaux très critiques de la culture occidentale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.