Cet article date de plus de six ans.

Mc Donald's peine à redorer son image

L’année 2014 a été la pire pour le numéro un mondial des fast-food, contraignant son PDG à la démission. L’enseigne traîne derrière elle une double image négative dont elle peine à se débarrasser.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (L'enseigne peine à se réinventer face à l'offre de la concurrence © Maxppp)

 Pendant des décennies, Mac Donald's a conjugué petits prix et gros profits. Et ce n'est visiblement plus le cas : 2014 a été la pire année pour le numéro un mondial du fast food, conjuguant baisse des ventes un peu partout et notamment de près de 5% aux Etats-Unis. Les actionnaires ne s'y retrouvent plus et le patron Don Thompson doit démissionner. A 60 ans, l'entreprise est victime d'un sérieux coup de vieux.

Ringard devant la concurrence

Dans le monde entier, Mc Donald's représente la malbouffe et aux USA, son image est ringardisée par une concurrence plus inventive. Un double problème d’image que les dirigeants connaissent depuis des années : aujourd’hui, dans une famille américaine, si l’on veut faire plaisir au petit dernier pour son anniversaire, ce n’est plus forcément chez Mc Do qu’on l’emmène.

Ajoutons-y la question sociale : quand les salariés américains se mobilisent pour dénoncer la précarité, le rendez-vous est souvent pris devant ce qui reste pour beaucoup le plus emblématique des fast food.

Déficit d’identité

Face à ces problèmes, la réponse a été désordonnée : multiplication des menus, un peu plus de verdure, adaptation aux spécificités locales, bref un Mc Do à la carte qui a un peu perdu de son identité. L’on a même vu un Mc Do ouvrir sans la fameuse arche, ni le clown Ronald...

Servir les clients à table ?

Les nouveaux dirigeants doivent donc réinventer la marque, et finissent par demander si la stratégie des prix les plus bas ne nuirait pas à l’image négative de l’enseigne. Et envisagent sérieusement ce qui serait une révolution : servir à table les clients.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.