Cet article date de plus de sept ans.

Les premières heures des ex-otages sur le territoire français

Après leur arrivée en avion à Villacoublay, mercredi en fin de matinée, les quatre ex-otages français ont aussitôt été pris en charge par les autorités qui les ont conduits au Val-de-Grâce pour des examens médicaux. Demain, ils seront débriefés par les services de renseignement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Passé le moment des retrouvailles et des embrassades sur le tarmac de Villacoublay mercredi, les quatre ex-otages n'ont pas eu beaucoup de temps pour eux. Visages amaigris, lunettes de soleil vissées sur le nez pour certains, Thierry Dol, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand ont embarqué à bord d'un fourgon noir aux vitres teintées dès la fin de la conférence de presse donnée par François Hollande.

Escorté par des motards de la police, le convoi a emmené les ex-otages à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, où ils sont restés plus de quatre heures. Les Français y ont subi une série de tests médicaux après ces 1139 journées de captivité dans le désert.

Invitation à l'Elysée déclinée

Ils n'ont pu quitté l'hôpital que peu après 18h, toujours accompagné des motards de la Police nationale. Les quatre hommes ont alors enfin pu retrouver leurs familles dans un hôtel du 15e arrondissement de Paris.

Les ex-otages devaient ensuite se rendre à l'Elysée où une réception était organisée en leur honneur. Mais ils ont finalement décliné la proposition de François Hollande, préférant, ont-ils fait savoir, partager des moments en famille dans les salons privatifs qui ont été mis à leur disposition à l'hôtel.

A LIRE AUSSI ►►► Le retour en France des anciens otages d'Arlit

Depuis leur retour sur le sol français, les otages ne se sont pas exprimés publiquement. "Il faut les laisser se reposer et reprendre contact ", a dit François Hollande. Ce ne sera pas pour ce jeudi matin. Les quatre hommes retourneront en effet au Val de Grâce, pour d'autres examens, avant une séance de débriefing avec les services de renseignement français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.