Le soutien du pape François pour les chrétiens persécutés

Lors des cérémonies du Vendredi saint le 3 avril, le pape François a pris le temps d'exprimer son indignation face au massacre des chrétiens d'Orient.

FRANCE 2

Après les attaques en Irak et en Syrie, c'est le massacre de 148 fidèles à l'université de Garissa au Kenya qui a indigné le Vatican. À Rome hier, le pape François s'est donc exprimé pour les soutenir, avec "un vocabulaire direct qu'on n'entend pas à la messe, très éloigné de la sémantique des évangiles", explique Renaud Bernard en direct pour France 2.

La "furie jihadiste"

Lors de son discours face aux milliers de fidèles rassemblés à Rome, le pape a parlé de "furie jihadiste", de "barbares", "bourreaux qui font subir aux chrétiens d'Orient des violences inhumaines [...] Nous voyons encore aujourd'hui nos frères persécutés, décapités et crucifiés devant nos yeux et souvent avec notre silence complice, pour leur foi". Un discours qui appelle à une intervention militaire de la part de la communauté internationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pape François, couché dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican, le 3 avril 2015, pour la prière de la célébration de la Passion de Jésus.
Le pape François, couché dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican, le 3 avril 2015, pour la prière de la célébration de la Passion de Jésus. (MAX ROSSI / REUTERS )