Le site des Femen piraté

Un message insultant et menaçant s'affiche, en lettres noires sur un fond rouge sang, sur la page d'accueil du site féministe.

Des membres des Femen se préparent pour une manifestation, le 13 mars 2013 au Lavoir moderne, à Paris.
Des membres des Femen se préparent pour une manifestation, le 13 mars 2013 au Lavoir moderne, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le message s'affiche en lettres noires sur un fond rouge sang, sur la page d'accueil du site des Femen. La page internet des féministes a été piratée, jeudi 28 mars au soir, comme les jeunes femmes l'indiquent sur leur page Facebook. Le site est revenu à la normale vendredi soir.

Durant 24 heures, on a pu y lire une litanie d'insultes, suivies de menaces : "Venez en Tunisie ! Nous couperons vos seins et les donnerons à manger à nos chiens !"  

Capture d\'écran du message s\'affichant sur la page d\'accueil du site des Femen, le 29 mars 2013.
Capture d'écran du message s'affichant sur la page d'accueil du site des Femen, le 29 mars 2013. ( FRANCETV INFO)

Vendredi, différentes illustrations se sont succédé sur la page d'accueil, avec toujours le même texte.

Image utilisée par les hackers responsables du piratage du site des Femen.
Image utilisée par les hackers responsables du piratage du site des Femen. (DR)
 

"Une charmante interface remplie d'insultes sexistes et même antisémites a été mise en place", commentent les Femen. Elles soulignent qu'il s'agit là de "la deuxième cyberattaque de la semaine". Dans la nuit de mercredi à jeudi, des pirates informatiques de la mouvance islamiste avaient pris le contrôle de l'une des pages Facebook de militantes féministes Femen-Tunisie, après la diffusion sur le réseau social de photos de deux jeunes Tunisiennes seins nus.

"C'est probablement notre campagne 'Free Amina' qui déplaît, ainsi que notre appel à un 'Jihad seins nus' le 4 avril", estiment les Femen, en référence à la première Femen de Tunisie, dont elles avaient annoncé à tort la disparition. Le mouvement féministe "rit de ces attaques futiles qui n'empêcheront en rien les femmes de continuer à se rebeller". Et de conclure : "Nos seins sont plus forts que vos pierres !"