Cet article date de plus de douze ans.

Le pape Benoît XVI a fermement marqué son attachement au célibat des prêtres catholiques

La multiplication des annonces récentes de cas de pédophilies au sein de l'Eglise a relancé cette question récurrente et sensible.Après un évêque autrichien et des théologiens, l'archevêque de Salzbourg, Mgr Alois Kothgasser, a appelé "l'Eglise (à) se demander si elle peut entretenir ce mode de vie" alors que "les temps et la société ont changé".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 

La multiplication des annonces récentes de cas de pédophilies au sein de l'Eglise a relancé cette question récurrente et sensible.

Après un évêque autrichien et des théologiens, l'archevêque de Salzbourg, Mgr Alois Kothgasser, a appelé "l'Eglise (à) se demander si elle peut entretenir ce mode de vie" alors que "les temps et la société ont changé".

Benoît XVI a fermement écarté cette semaine toute remise en cause de cette tradition multiséculaire. Devant une assemblée de religieux et théologiens, il a réaffirmé le caractère "sacré" du célibat, signe de "la consécration toute entière (des prêtres) au Seigneur".

Les prêtres ont eu le droit de se marier pendant mille ans
Dans Le Monde daté du 4 mars, le théologien suisse Hans Küng rappelait dans une tribune que "le célibat n'était pas encore en vigueur pendant le premier millénaire de l'ère chrétienne. En Occident, il a été institué au XIe siècle sous l'influence de moines (qui, eux, étaient des célibataires par choix) (...) Les prêtres protestataires se comptaient alors par milliers".

Il notait également que le célibat "est structurellement l'expression la plus frappante de la relation crispée qu'entretient la hiérarchie catholique avec la sexualité, celle-là même qui détermine son rapport à la question de la contraception et à bien d'autres".

D'autres commentateurs et catholiques libéraux ont imputé de récents scandales en Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas et en Irlande à l'interdiction du mariage des prêtres et ils ont réclamé l'abrogation de cette règle.

"Les temps ont changé, de même que la société, et l'Eglise devra étudier de quelle manière ce type de vie peut être maintenu ou ce qui peut être changé", a déclaré jeudi soir à la télévision autrichienne ORF l'archevêque de Salzbourg, Alois Kothgasser.

"Le célibat attire des pédophiles et les incite à se mettre au service de l'Eglise catholique"
Aucun de ces prélats n'a toutefois proposé de lever la règle du célibat. Mgr Schönborn a souligné vendredi que réclamer un débat sur cette règle ne signifiait pas la supprimer. "Si le célibat était la cause des violences sexuelles, il n'y aurait pas de violences sexuelles dans le reste de la société", a-t-il noté.

Pour Mgr Jashke, le célibat n'est pas la raison des violences sexuelles mais ce mode de vie "peut attirer des gens qui ont une sexualité anormale et ne peuvent intégrer la sexualité dans leur vie. C'est alors qu'une situation dangereuse peut advenir".

Le professeur Klaus Beier, directeur de l'Institut de sexologie de l'hôpital de la Charité à Berlin, a déclaré lors d'une table ronde sur ZDF que les tendances pédophiles se développaient à la puberté et n'étaient pas influencées par le célibat .

Mais, a-t-il ajouté, "le célibat attire des pédophiles et les incite à se mettre au service de l'Eglise catholique".

Les Eglises catholiques de rite oriental, qui reconnaissent l'autorité du pape, autorisent néanmoins des hommes mariés à devenir prêtres, mais ils ne peuvent devenir évêques, tout comme dans les Eglises orthodoxes.

Les Eglises anglicanes et protestantes ont un clergé marié et certaines autrorisent l'ordination des femmes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.