La Turquie abat un avion de chasse russe : crise diplomatique

Ankara affirme que l'appareil a violé son espace aérien. Moscou confirme qu'un Sukhoi Su-24 de son armée a été abattu, mais ajoute que l'avion "se trouvait exclusivement dans l'espace aérien syrien".

(C'est un Sukhoi, Su-24, de ce type, qui a été abattu par la Turquie © REUTERS/Shamil Zhumatov)

Incident diplomatique en vue... L'avion de chasse a-t-il, oui ou non, violé l'espace aérien turc ? La Turquie dit que oui, et justifie ainsi d'avoir abattu l'appareil. "Un avion russe Su-24 a été abattu conformément aux règles d'engagement après avoir violé l'espace aérien turc malgré les avertissements" .

Dans une déclaration publiée sur son site internet, l'état-major turc a confirmé que le chasseur avait été mis en garde "dix fois en l'espace de cinq minutes" . Une affirmation confirmée par... le Pentagone : "ces communications étaient sur des canaux ouverts" , s'est justifié le colonel Steve Warren, l'un des porte-parole, qui confirme  donc.

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu s'est entretenu avec son chef d'état-major et son ministre des Affaires étrangères, et a décidé de saisir l'Otan et l'ONU. L'Otan dit "suivre la situation de près" . Une réunion extraordinaire est prévue en fin d'après-midi.

"Incident très sérieux"

Moscou confirme qu'un de ses chasseurs, un Sukhoi Su-24, a bien été abattu, mais affirme que l'avion survolait la Syrie. Le ministère de la Défense dit même être en mesure de prouver que l'avion abattu est resté dans l'espace aérien syrien. Et le Kremlin parle d'un "incident très sérieux" ... tout en jugeant prématuré de tirer des conclusions.

Un peu plus tard, Vladimir Poutine ne s'est pas embarrassé de tant de précautions, déclarant : "La perte d'aujourd'hui est un coup de poignard dans le dos qui nous a été porté par les complices des terroristes" . Son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annulé sa visite prévue en Turquie ce mercredi, et a recommandé aux Russes d'éviter de se rendre en Turquie..

Selon Moscou, les deux pilotes ont réussi à s'éjecter et à retomber au sol en parachute. Le chef d'un groupe rebelle turkmène de Syrie affirme que ses hommes les ont abattus. Un responsable turc, lui, assure qu'ils sont en vie et que la Turquie essaie de les récupérer.

Depuis le début de l'intervention militaire russe aux côtés du régime syrien, les incidents à la frontière se sont multipliés. Le 3 octobre, des avions de chasse turcs avaient intercepté un appareil russe, qui avait violé l'espace aérien, et l'avaient forcé à faire demi-tour - Moscou avait alors parlé de mauvaises conditions météo. Le 16 octobre, l'armée turque avait abattu un drone russe...

(©)