Cet article date de plus de dix ans.

La fusée nord-coréenne se désintègre en vol

L'engin nord-coréen, dans la ligne de mire de toutes les batteries antimissiles de la région, n'aura parcouru que 120 km cette nuit, avant de s'abîmer dans la Mer Jaune.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Pyongyang n'a donc pas hésité à lancer sa fusée Unha-3 à "07h38m55s " heure locale, malgré les condamnations des États-Unis et l'inquiétude non dissimulée de la Corée du Sud et du Japon qui avait été placés en état d'alerte maximale. Mais ce lancement a fait long feu. Au bout de deux minutes environ, l'engin transportant un satellite s'est fragmenté en quatre morceaux à une centaine de kilomètres des côtes sud-coréennes. Même le pouvoir nord-coréen -fait inhabituel- a confirmé l'échec. "Scientifiques, techniciens et experts en vérifient la cause ", a écrit l'agence de presse gouvernementale KCNA.

"Nouvelle provocation"

La Corée du Nord est coutumier des lancements ratés. Mais le dernier en 2009 avait au moins réussi à propulser la fusée à 3.000 km de son pas de tir. Ce nouveau flop ne suffit pas néanmoins à lever les craintes de séoul, Tokyo et Washington. Tous les trois ont immédiatement cette nuit condamné ce qu'il considère comme un lancement de missile déguisé, estimant qu'il viole la résolution 18-74 du Conseil de sécurité de l'ONU qui interdit au régime tout essai de technologie permettant de construire des missiles ballistiques. Sans doute pour étudier la nature exacte de cet "objet volant ", l'armée sud-coréenne est partie à la recherche de l'épave.

Pyongyang s'expose désormais à de nouvelles sanctions, après cette "provocation ". Les pays du G8 ont fait savoir qu'ils comptaient prendre des mesures "appropriées " au Conseil de sécurité de l'ONU.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.