La fin du voyage pour le Costa Concordia

L'épave du paquebot Costa Concordia doit arriver ce dimanche dans le port de Gênes, où le navire sera démantelé. Il avait sombré il y a deux ans et demi à proximité de la côte de l'île toscane du Giglio, provoquant la mort de 32 personnes.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

290 mètres de long pour 114.500 tonnes : deux fois et demi le Titanic. Le Costa Concordia est sans doute le plus grand fantôme de ferraille flottant sur les mers. Mais plus pour longtemps. L'ancien paquebot de luxe entame ce dimanche la dernière étape de son dernier voyage. Il doit entrer dans le grand port italien de Gênes, où il sera démantelé.

Tractée par deux remorqueurs de haute mer, l'épave de l'ex-paquebot de luxe de Costa Croisières achève son périple de 300 km à une vitesse moyenne de 2 noeuds (un peu moins de 4 km/h), depuis l'île toscane du Giglio, où il a fait naufrage dans la nuit du 13 janvier 2012.

1,5 milliard d'euros

Le renflouement, l'acheminement et le traitement du navire rouillé, le tout payé par le groupe américain Carnival, propriétaire de Costa croisières, auront coûté plus d'1,5 milliard d'euros. L'opération constitue le chef d'oeuvre de Nick Sloane, spécialiste mondialement reconnu des sauvetages maritimes, qui a pris ses quartiers dans l'épave avec 17 autres marins.

Comme pour bien marquer ses adieux, le mastodonte en ruines aura réussi à provoquer une mini-brouille franco-italienne. Son passage par le canal de Corse a en effet soulevé l'indignation des habitants de l'île de beauté, qui ont organisé une manifestation nautique. Telle la figure de proue de ce mouvement, la ministre Ségolène Royal a décidé de venir surveiller elle-même le bon déroulement de l'opération à bord du remorqueur multitâches "Jason", affrété par la Marine. Ce zèle a eu le don d'agacer les autorités italiennes, qui ont assuré avoir tout fait pour la sécurité du voyage.

►►►Suivez ici la route du Costa Concordia

Sur l'île du Giglio, il reste encore une opération en cours, liée au naufrage du Costa Concordia : la recherche du corps de la dernière victime. 32 personnes avaient péri sur les 4.200 passagers et membres d'équipage. Le commandant, Francesco Schettino, est toujours jugé à Grosseto, dans le centre de l'Italie, pour homicides par imprudence, naufrage et abandon de navire.