La détention de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, chassé du pouvoir le 11 février, a été prolongée de 15 jours

Fin avril, le parquet général, s'appuyant sur un avis médical, a estimé que l'état de santé de Moubarak était stable et que l'ancien raïs hospitalisé à Charm el Cheikh, dans le sud du Sinaï, pouvait être transféré à l'hôpital Mazra'a de la prison de Torah au Caire, dès que cet établissement sera prêt à le recevoir.

Le président égyptien Hosni Moubarak, aux commandes depuis 30 ans.
Le président égyptien Hosni Moubarak, aux commandes depuis 30 ans. (AFP - Khaled Desouki)

Fin avril, le parquet général, s'appuyant sur un avis médical, a estimé que l'état de santé de Moubarak était stable et que l'ancien raïs hospitalisé à Charm el Cheikh, dans le sud du Sinaï, pouvait être transféré à l'hôpital Mazra'a de la prison de Torah au Caire, dès que cet établissement sera prêt à le recevoir.

Dans un délai non précisé, Hosni Moubarak devrait être d'abord conduit dans un hôpital militaire près du Caire, en attendant que tout soit prêt à l'hôpital pénitentiaire.

L'ancien président, 82 ans, en détention provisoire depuis le 13 avril, a demandé à rester dans la station balnéaire du Sinaï. On ignore de quoi il souffre exactement.

Hosni Moubarak a été hospitalisé le jour même où le parquet ordonnait son placement en détention provisoire dans l'attente de son audition dans des enquêtes sur des affaires de corruption et sur la répression sanglante des manifestations qui ont abouti à son départ du pouvoir le 11 février dernier. Ses fils Gamal et Alaa ont également été placés en détention provisoire et sont en prison au Caire.