Cet article date de plus de cinq ans.

La condamnation du blogueur saoudien Raif Badawi confirmée

En Arabie saoudite, malgré une mobilisation internationale sans précédent, la Cour suprême confirme la condamnation à 10 ans de prison et à 1.000 coups de fouet pour le blogueur Raif Badawi, emprisonné en 2012 et condamné en 2014 pour "insulte à l'islam. Une  décision attendue avec angoisse par ses proches, à commencer par son épouse Ensaf Haidar.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La situation de Raif Badawi a soulevé l'indignation à travers le monde, comme ci-contre avec cette manifestation devant l'ambassade d'Arabie saoudite à Berlin,  le 22 mai 2015 © Maxppp)

C'est une décision sans appel que vient de prendre la Cour suprême à l'égard de Raif Badawi. Début février, cette même cour avait renvoyé le dossier du blogueur saoudien devant la Cour pénale. Son épouse, Ensaf Haidar, et ses proches, espéraient pourtant un nouveau procès ou voir la peine commuée définitivemement ou rester en l'état.

 Les juges confirment donc la condamnation du jeune blogueur saoudien à 1.000 coups de fouet et 10 ans de prison. Il y a quatre ans, Raif Badawi avait été condamné pour "insulte à l’islam", alors qu'il animait des débats relatifs aux questions religieuses et politiques sur son site internet.  Malgré une mobilisation internationale sans précédent, la Cour suprême n'a donc pas tenu compte des appels lancés au plus haut sommet des états dans le monde. Les Saoudiens interrogés à Riyad estiment que la surmédiatisation de Raif Badawi aurait agacé les autorités, cela aurait été contre-productif.  Dans trois semaines, c'est le ramadan. Il est de coutume que le souverain saoudien gracie des prisonniers. Serait-ce l'ultime espoir pour les jeune blogueur ? D'aucuns veulent y croire pour lui, ses trois enfants et son épouse Ensaf.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.