Cet article date de plus de dix ans.

L'Otan a lancé dans la nuit de jeudi à vendredi une nouvelle vague de frappes aériennes sur Tripoli pour la 4e nuit

Plusieurs fortes explosions ont retenti dans la capitale libyenne et une colonne de fumée s'est élevée au-dessus de Bab al Aziziah, le complexe de Mouammar Kadhafi.L'Union européenne a annoncé jeudi que l'ambassadeur de Libye auprès de l'UE, Al Hadi Hadeiba, avait fait défection. La France a réclamé le départ du dirigeant libyen.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
bombardements sur Tripoli (24/05/2011) (AFP)

Plusieurs fortes explosions ont retenti dans la capitale libyenne et une colonne de fumée s'est élevée au-dessus de Bab al Aziziah, le complexe de Mouammar Kadhafi.

L'Union européenne a annoncé jeudi que l'ambassadeur de Libye auprès de l'UE, Al Hadi Hadeiba, avait fait défection. La France a réclamé le départ du dirigeant libyen.

A Deauville, hôte du , le président français Nicolas Sarkozy a de nouveau jeudi invité Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir, de même que le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique, David Cameron.

La Grande-Bretagne a donné jeudi son accord de principe au déploiement d'hélicoptères d'attaque dans le ciel libyen pour mener des bombardements plus précis, suivant en cela l'exemple de la France, qui a pris cette décision lundi.

La Libye est l'un des thèmes abordés à Deauville mais un consensus sera certainement difficile à élaborer en raison des réticences de la Russie, hostile à la campagne militaire de l'Otan.

Le Premier ministre libyen, Al Baghdadi Ali al Mahmoudi, a annoncé jeudi que le régime de Mouammar Kadhafi proposait un sans toutefois évoquer un départ du dirigeant libyen.

Moustafa Abdeldjeïl, le chef du Conseil national de transition formé par les insurgés, a pour sa part répété que tout règlement du conflit supposait au préalable un départ de Mouammar Kadhafi et de ses fils.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.