Kidzania, le parc d'attractions où les enfants travaillent

Cette chaîne de parcs à thème, qui propose aux enfants de découvrir le monde de l'entreprise, s'implante à Londres. Et ne séduit pas tous les parents.

Des enfants préparent des hamburgers au McDonald\'s du parc d\'attractions Kidzania, à Bangkok (Thaïlande), le 4 avril 2013.
Des enfants préparent des hamburgers au McDonald's du parc d'attractions Kidzania, à Bangkok (Thaïlande), le 4 avril 2013. (PATIPAT JANTHONG / BANGKOK POST / AFP)

Travailler comme les grands pour gagner des sous. Les attractions proposées par Kidzania sont bien loin du petit train de Disneyland Paris. Cette entreprise mexicaine a déjà attiré 31 millions de visiteurs depuis 1999 dans ses seize parcs à thème implantés dans une douzaine de pays. Et elle s'apprête à ouvrir à Londres, rapporte Le Figaro, mardi 23 décembre. Elle pourrait même s'implanter en France.

Le parc londonien sera situé au-dessus d'un magasin Marks & Spencer, dans l'ouest de la capitale britannique. Soit une mini-ville de 7 000 mètres carrés dans laquelle les enfants de 4 à 14 ans pourront travailler comme les adultes et gagner des kidzos, une monnaie virtuelle. Ils exerceront le métier de leur choix parmi une soixantaine, par session de 25 minutes à chaque fois, pendant que leurs parents feront leurs courses.

Les grandes marques omniprésentes dans le parc

Le but de Kidzania est d'éduquer les plus jeunes de façon ludique, indique le Guardian (en anglais). "On ouvre les yeux des enfants à la réalité de la vie", explique au quotidien britannique Joel Cadbury, le président de la franchise au Royaume-Uni. Une "réalité" qui laisse la part belle aux marques, très représentées dans ces parcs d'attractions. Alors que les magasins de vêtements sont sponsorisés par H&M, le garage affiche le logo de Renault et le fast-food celui de McDonalds.

Une approche qui revient à faire l'apologie du capitalisme, selon certains parents, opposés au projet. "Les parcs d'attractions, c'est l'univers du rêve, estime Céline, mère de deux enfants de 7 et 11 ans, dans Le Figaro. Pas la peine de les assommer avec du marketing et ce genre de simulations pas très amusantes." 

Kidzania se présente d'ailleurs auprès des grandes enseignes, qui financent largement le fonctionnement des parcs, comme une "manière nouvelle et innovante de construire sa marque", rapporte le Guardian. Alors, Kidzania, parc d'attractions éducatif ou campagne de marketing de grande envergure auprès des futurs consommateurs ?