Cet article date de plus de cinq ans.

"On devrait tenir compte de l’orientation prise ailleurs dans le monde" : au Japon, la reprise de la pêche à la baleine divise

Le Japon a relancé lundi la chasse à la baleine à des fins commerciales et non plus scientifiques, actant ainsi la décision prise il y a six mois de quitter la Commission baleinière internationale et de s’affranchir ainsi d’un moratoire appliqué pendant plus de trois décennies.

Article rédigé par franceinfo - Karyn Nishimura
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des sushis de baleine préparés dans un restaurant de Tokyo. (KAZUHIRO NOGI / AFP)

Les premiers navires ont quitté lundi 1er juillet au petit matin le port pour pêcher à proximité des cotes japonaises. Cette reprise de la chasse commerciale suscite des critiques internationales mais elle fait aussi débat au Japon, même si une partie de la population la défend comme étant une tradition.

Les touristes étrangers ne le remarquent pas, mais le quartier de Tokyo qu’ils visitent tous, Shibuya, héberge un des plus anciens restaurants de baleine. Cuisinée de la tête au pied, elle constitue ici l’intégralité du menu. Trois décennies d’interruption de pêche commerciale ne l’ont nullement empêché de tourner à plein, car les baleines tuées pour des raisons scientifiques finissaient dans les assiettes. La reprise de la chasse commerciale ne changera donc pas forcément grand chose, mais le gouvernement y tient : "la position de notre pays, c’est que la baleine est une ressource marine comme d’autres poissons que l’on doit utiliser sur la base de données scientifiques."

"C’est plein de protéines, peu calorique, bon pour la beauté du corps et la santé," affirment les poissonniers et cuisiniers spécialisés, unanimes. Les consommateurs en revanche sont divisés, avec un net clivage générationnel. Les plus âgés sont les plus enclins à déguster le cétacé. Les jeunes, eux, plus soucieux du regard extérieur. "Je ne pense pas que cette fois j’aurai beaucoup l’occasion d’en manger, affirme cette jeune femme. Je pense que l'on devrait plus de tenir compte de l’orientation prise ailleurs dans le monde."

Le seul point positif selon les défenseurs des baleines, c'est que le Japon ne chassera plus en Antarctique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.