Japon : un séisme de magnitude 7,4 enregistré dans l'est du pays fait quatre morts et plus de 100 blessés

Pour rappel, au moment de la catastrophe de Fukushima en 2011, le séisme était de magnitude 9,1. L'épicentre du séisme actuel est situé dans la même zone, en mer, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de la ville de Minamisoma, dans le département de Fukushima.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des débris de fenêtres à Sendai (Japon) après un séisme de magnitude 7,3, le 16 mars 2022.  (KANAME MUTO / YOMIURI / AFP)

Quatre personnes ont été tuées et plus de cent autres blessées lors d'un violent séisme de magnitude 7,4, mercredi 16 mars, qui a secoué mercredi soir l'est de l'île de Honshu, au Japon, provoquant un avertissement au tsunami sur la côte nord-est du pays. Le tremblement de terre a fait dérailler un train, sans faire de victimes, ouvert des fissures sur des autoroutes et renversé des étalages dans des magasins.

L'épicentre de la secousse, survenue à 23h36 locales (15h36 heure de Paris), était situé, en mer, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Minamisoma, dans le département de Fukushima, à 60 km de profondeur, selon la JMA.

L'Institut d'études géologiques des États-Unis localise l'épicentre du séisme au niveau du point bleu sur la carte ci-dessous. Il est très proche de celui du séisme de 2011, qui avait entraîné un tsunami meurtrier et la catastrophe de Fukushima. 

Le séisme à l'est du Japon, le 16 mars 2022. (CAPTURE D'ÉCRAN / UNITED STATES GEOLOGICAL SURVEY)

Pour rappel, au moment de la catastrophe de Fukushima en 2011, le séisme était de magnitude 9,1. Son épicentre était situé dans la même zone que celui de ce 16 mars 2022, à l'est de Honshu, la principale île du Japon. On ignore pour le moment si le séisme a fait des victimes.

Pas d'anomalie à Fukushima

Un avertissement pour des vagues d'un mètre de hauteur a été émis par l'Agence météorologique japonaise (JMA). La chaîne de télévision publique NHK a fait état d'une vague de 20 cm à Ishinomaki, dans le département de Miyagi jouxtant celui de Fukushima au nord. 

L'Agence japonaise de sûreté nucléaire a précisé qu'aucune anomalie n'avait été détectée à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, qui n'est plus en fonctionnement depuis le tsunami de 2011. Aucune anomalie n'a non plus été confirmée à la centrale de Fukushima Daini (n°2), elle aussi à l'arrêt depuis 2011, située à une dizaine de kilomètres de celle de Daiichi, ni à celle d'Onagawa, dans le département de Miyagi, selon le porte-parole du gouvernement japonais, Hirokazu Matsuno.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Japon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.