Japon : l'empereur Akihito fête ses 83 ans et souhaite toujours abdiquer

Au Japon, l'empereur Akihito fête vendredi ses 83 ans. Dans un discours prononcé depuis le palais impérial, à Tokyo, il a redit sa volonté d'abdiquer, compte tenu de son âge et de ses problèmes de santé.

L\'empereur du Japon, Akihito s\'adresse à son peuple depuis le balcon de son palais à Tokyo, le 23 décembre 2016.
L'empereur du Japon, Akihito s'adresse à son peuple depuis le balcon de son palais à Tokyo, le 23 décembre 2016. (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)

L'empereur du Japon Akihito a prononcé un discours, vendredi 23 décembre, à l'occasion de ses 83 ans. Entouré de sa famille, perché sur le balcon de son palais impérial à Tokyo, le souverain s'est adressé aux quelques 33 000 Japonais venus le saluer. L'occasion de réaffirmer son souhait de s'en aller. Il a pris soin de ne pas prononcer le mot "abdiquation" mais a remercié "tous ceux qui ont prêté attention" à la volonté qu'il avait exprimé en août dernier de renoncer au trône du Chrysantème de son vivant.

La loi impériale interdit à un empereur d'abdiquer

L'empereur Akihito, opéré du cœur en 2012 et soigné d'un cancer de la prostate en 2003, souhaite se retirer. D'après plusieurs sondages, 90% de la population le comprend et le soutient mais la loi régissant la Maison impériale ne prévoit pas ce scénario d'abdiquation. Elle prévoit simplement le droit de se décharger des tâches (accueil des chefs d'États, paraphe de documents, visites à l'étranger) si le souverain est malade ou victime d'une incapacité mentale. Mais Akihito refuse cette loi de demi-mesure.

Les conservateurs craignent l'arrivée d'une femme sur le trône

Le Premier ministre Shinzo Abe a nommé une commission d'experts qui rendra ses conclusions début 2017. Celle-ci pourrait défendre une loi spéciale qui offrirait à l'empereur, et à lui seul, le droit de léguer, de son vivant, son titre à son fils.

Mais la droite au pouvoir et les conservateurs craignent qu'une telle réforme ne conduise à rouvrir une autre boîte de Pandore. Celle de l'accession des femmes au trône. Un cas de figure exclu actuellement puisque c'est le prince héritier Naruhito, qui régnera si son père Akihito parvient à abdiquer.