Stupeur au Japon : l'empereur Akihito souhaiterait abdiquer

La Maison impériale japonaise est dans la tourmente : mardi soir, les médias ont affirmé que l'empereur Akihito aurait l'intention d'abdiquer dans les prochaines années. Une première dans l'Histoire moderne du pays.

(L'empereur du Japon Akihito et l'impératrice Michiko en avril 2016 © Maxppp)

Stupeur à la Maison impériale du Japon, l'administration qui régente les faits et gestes de l'empereur Akihito. Mardi soir, la chaîne de télévision japonaise NHK a publié des informations laissant entendre que l'empereur avait l'intention d'abdiquer d'ici quelques années. Ceci serait sans précédent dans l'Histoire moderne du Japon. L'héritier de la plus ancienne dynastie au monde n'aurait informé que l'impératrice Michiko et le prince-héritier Naruhito de ses intentions. Il entendait publier lui-même un communiqué "en temps voulu". 

Ce mercredi, Shinichiro Yamamoto, un haut fonctionnaire de la Maison impériale, a déclaré que l'annonce d'une prochaine abdication du monarque n'est pas "correcte".  Il a ajouté que l'empereur Akihito se garde de telles considérations car, aux termes de la Constitution, il n'est qu'un simple symbole de l'Etat et n'est pas autorisé à intervenir dans la vie publique et politique du pays.

"La Cour est dans le plus grand désarroi et ne s'attendait pas à ça, c'est un sujet très délicat", note un officier de la Maison impériale. Le sujet d'une éventuelle abdication est si délicat que même le premier ministre Shinzo Abe se garde toute conjecture.

L'empereur Akihito, 82 ans dont 27 ans de règne, malade (il a été opéré d'un cancer de la prostate et du cœur), n'a pas le droit d'abdiquer : un mécanisme légal devrait être instauré à cet effet. L'empereur est à la fois l'homme le plus vénéré du Japon et celui qui a le moins de droits.