Cet article date de plus de cinq ans.

Droit d'asile au Japon: seules 0,2% des demandes satisfaites

En 2014, sur les 5000 étrangers qui ont demandé au Japon le statut de réfugiés, seuls onze l’ont obtenu, soit 0,2%. Alors que les demandes d’asiles dans l’Archipel sont en augmentation depuis plusieurs années, le gouvernement annonce qu’il va encore durcir sa législation.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de l'Association Rohingyas de Birmanie manifestent à Tokyo, le 20 Juin 2015. (REIRI KURIHARA / YOMIURI / THE YOMIURI SHIMBUN)
Le statut de réfugié est très rarement accordé au Japon. La réforme du droit d’asile annoncée par le gouvernement, le 15 septembre 2015, va encore durcir les conditions d’accès aux ressortissants venus majoritairement de pays asiatiques.
 
Les demandes uniquement motivées par des nécessités économiques seront plus rigoureusement examinées, ceux qui soumettent des demandes d'asile à répétition seront privés de permis de séjour et les autorisations de travail seront contrôlées plus étroitement, en vertu de ce texte qui fait partie d'une réforme globale de la législation sur l'immigration. Le gouvernement entend également créer un dispositif d'accueil des victimes de «nouvelles formes de persécution», comme les violences sexistes.

Ces «changements inspirent plus de crainte que d'espoirs» aux organisations humanitaires. Le directeur de l'Association japonaise pour les réfugiés, Hiroaki Ishii, a déploré que les demandeurs d'asile risquent d'hésiter à se tourner vers le Japon «parce que les règles y sont de plus en plus strictes».

Selon les données publiées en mars 2015 par le ministère nippon de la Justice, l’archipel a reçu 5000 demandes d’asile en 2014, soit 1740 dossiers de plus qu’en 2013, année au cours de laquelle sur 3260 demandes, 6 personnes l’avaient obtenu.

 (nippon.com)

Pour les étrangers fuyant les conflits, le gouvernement va en outre accorder des permissions spéciales de résidences dans le pays pour «raisons humanitaires» sans toutefois leur donner le statut de réfugié de plein droit. Quelque 151 demandeurs d’asiles en avait bénéficié en 2013, le plus gros des demandes émanant de Turquie, du Népal et de Birmanie, selon l'Office national de l'immigration et le ministère de la Justice. 
 
Entre 1982 et 2014, le Japon, signataire de la Convention de Genève, n’a accordé le statut de réfugié qu’à 633 personnes. Souvent critiqué pour être l’un des pays les moins accueillants au monde, comparé aux pays occidentaux, l'Archipel s’attend à faire face, pour l’année 2015, à 6.000 demandes d’asile. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.