Route de la soie : l'Italie pourrait céder aux investissements chinois

L'Europe se méfie des investissements chinois sur son sol, mais l'Italie au contraire, s'apprête à ouvrir ses portes au géant asiatique.

FRANCE 2

Grâce à un accord, l'Italie pourrait soudainement se rapprocher de la Chine. Rome devrait signer un partenariat avec Pékin et permettre des investissements chinois sur son territoire pour développer ses infrastructures, en ouvrant la porte à la nouvelle route de la soie. Un projet monumental mené par la Chine : deux voies, une terrestre et une maritime entre l'Asie et l'Europe pour exporter ses marchandises, dont l'un des terminus pourrait être l'Italie. Un revers pour l'Union européenne et la France, qui réclament un contrôle accru des investissements chinois. Aujourd'hui, Bruxelles demande à l'Italie de respecter cette position.

Devenir une destination privilégiée des investissements chinois

Mais difficile de résister au projet chinois. Au total, plus de 1 000 milliards d'euros investis dans 80 pays. L'occasion pour l'Italie de se développer à moindre frais sans l'Union européenne. "On espère bien nouer des relations à terme qui vont être extrêmement fructueuses. Être un pays privilégié parmi les privilégiés comme destination des investissements chinois", explique Claude Meyer, professeur d'économie à Sciences Po.

Le JT
Les autres sujets du JT
La basilique Saint-Pierre à Rome (Italie), le 9 mai 2018.
La basilique Saint-Pierre à Rome (Italie), le 9 mai 2018. (TIZIANA FABI / AFP)