Pâques : des célébrations sans fidèles en Italie

Au Vatican, les célébrations du Vendredi saint, le 10 avril, ont eu lieu presque à huis clos, confinement oblige. L’année dernière, plus de 20 000 personnes s’étaient massées sur la place Saint-Pierre de Rome (Italie).

France 2

Jamais la place Saint-Pierre de Rome (Italie) n’avait livré pareil spectacle, vendredi 10 avril : un Vendredi saint dans le silence du confinement, une cérémonie sans aucun fidèle et un pape seul pour célébrer la crucifixion du Christ. La place a été interdite d’accès par la police. Seules dix personnes retraçent les stations du chemin de croix, toutes choisies pour le symbole. Cinq détenus d’une prison de Padoue (Italie) et cinq médecins et infirmiers du Vatican. Hommage au très lourd tribut payé par l’Italie depuis le début de la pandémie. Un peu plus tôt, le pape François, dans une interview téléphonique à la télévision, comparait les victimes aux crucifiés de l’histoire.

Des processions masquées en Lombardie

À Rome, confinement oblige, impossible pour les fidèles de communier ensemble. Dans une église française fermée, pas de messe, mais un prêtre qui continue à officier autrement. À Pontoglio (Italie), en Lombardie, l’épicentre de l’épidémie, le chemin de croix se fait masqué et les fidèles assistent à la procession à bonne distance. L’émotion est forte dans ce village, où la mortalité a doublé par rapport à l’année dernière. Un début de week-end de Pâques inédit pour des millions de catholiques italiens. "La dernière fois qu’il est arrivé qu’un pape n’ait personne devant lui lors des cérémonies du chemin de croix, c’était en 1870, au moment où l’Italie faisait un blocus autour du Vatican", précise le journaliste Alban Mikoczy, en duplex sur place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pape François président une cérémonie au Vatican le 10 avril 2020.
Le pape François président une cérémonie au Vatican le 10 avril 2020. (HANDOUT / AFP)