A Venise la basilique Saint-Marc fragilisée par la marée haute historique

L'eau a submergé les terrasses des cafés. La basilique Saint-Marc est inondée et les clients des bateaux-taxi ont dû rentrer dans leurs hôtels en passant parfois par les fenêtres.

La basilique Saint-Marc sous les eaux à Venise, le 12 novembre 2019.
La basilique Saint-Marc sous les eaux à Venise, le 12 novembre 2019. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Une marée haute d'une ampleur inédite a envahi, mardi 12 novembre, les ruelles de Venise et la place Saint-Marc, surprenant les touristes. Selon les médias italiens, le phénomène a fait au moins un mort : un Vénitien de 78 ans a été retrouvé électrocuté dans son logement inondé. 

France 2

Cette "acqua alta" exceptionnelle de 1,87 m – le plus haut niveau depuis 53 ans – a déclenché les sirènes dans la Cité des Doges. C'est la deuxième plus haute marée enregistrée à Venise depuis le début des relevés en 1923, derrière celle de 1,94 m observée le 4 novembre 1966.

La basilique Saint-Marc sous les eaux

Les eaux sales tourbillonnent autour de tombes de marbre dans la crypte du XIIe siècle de la Basilique Saint-Marc, qui a subi d'importants dommages. "Il y en a pour des millions d'euros de dégâts", prévoit Carlo Alberto Tesserin, procurateur (administrateur) en chef du monument historique.

Les pompes tournent sans arrêt pour évacuer l'eau de mer autour de l'autel et sous les arches de pierre rose et blanche, sous le regard attristé et irrité des gardiens du monument historique. "Nous avions dit l'année dernière que la Basilique vieillissait de 20 ans à chaque marée haute mais cela risque d'être beaucoup plus encore pour celle-ci", a ajouté le procurateur à l'AFP.

La basilique Saint-Marc de Venise sous les eaux, le 12 novembre 2019. 
La basilique Saint-Marc de Venise sous les eaux, le 12 novembre 2019.  (MARCO BERTORELLO / AFP)

Alors que les vents fouettaient les vagues sur la célèbre place, transformée en lac, les eaux s'engouffraient dans la Basilique avec une force "jamais vue auparavant, pas même lors de l'inondation de 1966", raconte M. Tesserin. Situé dans l'une des zones les plus basses de la ville, l'édifice de style byzantin - érigé en 828 et reconstruit après un incendie en 1063 -, est particulièrement vulnérable lorsque le niveau des flots s'élève.

"Les dégâts que nous voyons aujourd'hui ne sont rien comparés à ceux à l'intérieur des murs. Le sel entre dans le marbre, dans les briques, partout", explique M. Tesserin. "Les experts ont largement prévenu des dangers, mais ils n'ont pas été écoutés ", déplore-t-il. "Il y a une autre acqua alta ce soir, et d'autres sont prévues pour les jours à venir. Pour que Venise survive, nous devons agir dès maintenant" insiste le procurateur.

"Clairement les effets du changement climatique"

"Nous sommes en train d'affronter une marée plus qu'exceptionnelle. Tout le monde est mobilisé pour gérer l'urgence, a écrit Luigi Brugnaro, le maire de la ville, sur Twitter. Nous avons besoin que tout le monde nous aide à faire face à ce qui est clairement les effets du changement climatique."

L'eau a submergé les terrasses des cafés, emportant tables et chaises le long des ruelles. Les passerelles des hôtels historiques ont également été balayées par les flots, obligeant les clients des bateaux-taxi à entrer dans les établissements par les fenêtres.