Ferroutage : ces camions qui prennent le train

Les camions, gros consommateurs de diesel, sont invités à prendre le train. Ils peuvent désormais le faire entre Calais (Pas-de-Calais) et Orbassano en Italie. Mardi 6 novembre, une quatrième autoroute ferroviaire a été inaugurée.

Voir la vidéo
France 2

Sortir les camions polluants des routes françaises en leur faisant prendre le train, c'est le principe du ferroutage que le gouvernement veut développer. Mardi 6 novembre, à Calais (Pas-de-Calais), une nouvelle autoroute ferroviaire a été inaugurée. Trois infrastructures de ce type existaient déjà en France, il s'agit de la quatrième et elle reliera Orbassano (Italie) à Calais. Près des Alpes, cela fait quinze ans que les camions voyagent de France en Italie sur des rails. 175 kilomètres de voies ferrées plébiscitées par les routiers eux-mêmes.

Plus économique et plus écologique

En moyenne, un trajet en ferroutage est plus économique que sur la route, au-delà de 500 kilomètres. Par ailleurs, un camion qui traverse la France en train, c'est 1,2 tonne de CO2 rejeté en moins. Pourtant, le ferroutage a du mal à décoller. En 2017, seuls 110 000 camions ont été transportés par voies ferrées alors que l'objectif pour 2020 est de 500 000. La raison : des retards fréquents et des capacités limitées. Deux nouvelles autoroutes ferroviaires pourraient voir le jour en direction de Barcelone (Espagne) et du Sud Ouest de la France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les voies de chemin de fer de la gare Saint-Lazare, à Paris, le 19 avril 2018.
Les voies de chemin de fer de la gare Saint-Lazare, à Paris, le 19 avril 2018. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)