Cet article date de plus de quatre ans.

L'Italie rend hommage à ses victimes dans la colère

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
L'Italie rend hommage à ses victimes dans la colère
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Ce samedi 18 août était une journée de deuil en Italie avec des funérailles nationales pour honorer les victimes du viaduc de Gênes. Une cérémonie émouvante ponctuée de larmes et d'applaudissements. Des obsèques sous le signe de la division, boycottées par la moitié des familles des disparus.

En pleine journée de deuil national, la société propriétaire du viaduc de Gênes (Italie) qui s'est effondré a pris la parole. Autostrade s'est excusé ce samedi 18 août dans l'après-midi tout en indiquant "avoir agi correctement". Les dirigeants de la société ont donc pris la parole alors qu'ils n'avaient pas vraiment le choix puisqu'ils ont essuyé de vives critiques depuis la catastrophe du 14 août de la part de la population et du gouvernement. Certains ministres n'ont pas hésité à demander leurs démissions.

Les familles des victimes inconsolables

Face à cet acharnement et sans attendre les conclusions de l'enquête, Autostrade a fait un geste : une enveloppe de 500 millions d'euros sera disponible dès lundi 20 août pour aider la ville et les victimes, et permettre la reconstruction du pont Morandi. Cette annonce ne sera sans doute pas suffisante pour apaiser la colère des Italiens qui étaient aujourd'hui réunis autour des familles des victimes.

Le président, Sergio Mattarella a fait le déplacement pour les soutenir. La cérémonie d'hommage a débuté avec l'énumération des noms des victimes. Face à l'injustice de la catastrophe, l'archevêque de Milan a tenté d'apaiser les esprits. "Nous les Génois, nous saurons trouver dans nos coeurs ce qu'il y a de meilleur. Nous saurons trouver tout ce qu'il y a de bon et de généreux", a déclaré Monseigneur Mario Delpini. Des mots qui ont touché ces familles, mais n'ont pas réussi à les consoler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.