Viaduc de Gênes : les Italiens pleurent leurs morts

Une cérémonie d'hommage aux 41 victimes de l'effondrement du pont Morandi, à Gênes (Italie) a été célébrée samedi 18 août au matin. Des milliers d'Italiens ont assisté à ces obsèques nationales, toutefois boycottées par une partie des familles des victimes.

Voir la vidéo
France 3

Dix-huit cercueils alignés, 17 bruns et un blanc, celui du petit Samuele, fauché avec ses parents alors qu'il partait en vacances. À ses proches comme à toutes les familles, Sergio Mattarella, le président de la République italienne, glisse d'abord quelques mots de réconfort. Puis, la cérémonie débute. Les noms des victimes sont égrenés par l'archevêque de Milan. Face à l'injustice de la catastrophe, l'homme d'Église tente d'apaiser les esprits. Des mots qui ont touché les familles, mais qui ont eu bien du mal à consoler ces parents d'un ouvrier du bâtiment, englouti mardi 14 août, alors qu'il partait au travail.

Pas d'unité nationale

Dans le hall des expositions de Gênes, samedi 18 août au matin, il y avait des milliers de personnes. Des anonymes, mais aussi des secouristes, ovationnés à leur arrivée. Des politiques ont aussi fait leur apparition : les ministres Luigi Di Maio et Matteo Salvini, applaudis par certains. La présence de ces officiels n'a pas ravi tout le monde. La rancœur et la colère : voilà pourquoi la moitié des familles des victimes n'a pas souhaité se joindre à l'hommage national.

Aux obsèques d'État, les proches d'Elisa Bozzo, 33 ans, ont préféré l'intimité de l'église de Sarissola, à quelques kilomètres de Gênes. Dans le village, beaucoup pensent que c'est une bonne chose. Comme ces commerçants génois qui baissent leur rideau, les hommages ces dernières heures ont été nombreux, mais en ordre dispersé. Pour honorer les disparus du pont Morandi, l'Italie était aujourd'hui très loin de l'unité nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les obsèques des victimes du pont Morandi à Gênes (Italie), le 18 août 2018.
Les obsèques des victimes du pont Morandi à Gênes (Italie), le 18 août 2018. (ANDREA LEONI / AFP)