Italie : ce que l'on sait de l'effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes

Au moins 38 personnes sont mortes, dont trois Français. La catastrophe a eu lieu alors qu'un violent orage s'abattait sur la région.

Un viaduc de l\'autoroute A10 s\'est effondré à Gênes (Italie), le 14 août 2018.
Un viaduc de l'autoroute A10 s'est effondré à Gênes (Italie), le 14 août 2018. (REUTERS)

Sous une pluie battante, une partie du pont autoroutier Morandi de l'autoroute A10 s'est effondrée à Gênes (Italie), mardi 14 août, un peu avant midi. Ce dramatique accident a fait au moins 38 morts, et plusieurs disparus, selon un nouveau bilan communiqué par Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien. Trois des victimes ont été identifiées comme françaises. Franceinfo fait le point sur la situation.

>> Images, bilan, causes... Suivez les dernières informations sur l'effondrement d'un pont à Gênes dans notre direct

Que s'est-il passé ?

Alors qu'un violent orage s'abattait sur la région de Gênes, le viaduc, construit sur l'autoroute A10 dans le nord de la ville, s'est en partie effondré vers 11h30. "On était sur l’autoroute italienne. Sur un pont suspendu. Il vient de s’effondrer devant nous. On est partis en courant", raconte sur Twitter une Française sur place.

Selon un jeune Français interrogé par franceinfo, un mouvement de panique a précédé l'effondrement. "Devant nous, les automobilistes affolés nous ont fait signe de reculer", raconte le jeune vacancier.  "J'ai parlé à un autre Français qui m'a montré un des haubans du pont, allongé sur la chaussée". Selon le jeune homme, c'est cette chute qui a provoqué un mouvement de panique chez les automobilistes.

Parlant d'une "scène apocalyptique", un témoin a de son côté déclaré à la chaîne Sky Italia que "huit ou neuf" véhicules roulaient sur le pont quand il s'est effondré. Une vingtaine de véhicules sont concernés, avancent des sources policières citées par Reuters. A cet endroit, le pont est haut d'une cinquantaine de mètres. D'après la direction régionale des pompiers de Gênes, l'infrastructure s'est en grande partie écroulée sur des voies ferrées qu'elle surplombait. La foudre aurait touché la base d'un des piliers du pont auparavant, ce qui pourrait être à l'origine de l'effondrement, selon La Repubblica (en italien)

Dans quelle région a eu lieu l'accident ?

La région de Gênes, entre mer et montagne, a un relief très accidenté. Le parcours de l'autoroute est donc jalonné de longs viaducs et de tunnels, dont le pont Morandi. Construit à la fin des années 1960, ce viaduc autoroutier, avec une structure mixte, en ciment armé précontraint et en ciment armé ordinaire, est long de 1 182 mètres et se situe à une hauteur comprise entre 45 et 55 mètres au-dessus du sol. Il avait connu d'importants travaux de rénovation en 2016. 

Quel est le bilan ?

Depuis la Sicile, Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, a évoqué mercredi un bilan de 38 morts et plusieurs disparus. "Nous ne pouvons pas exclure que [le bilan] s'alourdisse encore" a estimé une porte-parole de la police de Gènes mercredi, quand il était encore de 35 morts. 

On compte également "beaucoup de blessés graves", affirmait le ministre de l'Intérieur mardi soir. 16 blessés, dont 12 graves, disaient des sources du ministère citées par des médias italiens comme le Corriere della Sera, mardi soir.

Mercredi, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que trois Français avaient été retrouvés parmi les victimes. On ne connaît pas leur identité.

Où en sont les recherches ?

Les sauveteurs ont continué à explorer les décombres toute la nuit de mardi à mercredi, à la lumière des projecteurs. 240 pompiers, accompagnés de chiens, se sont relayés, selon un responsable des pompiers, Emanuele Gissi : "L'espoir ne cesse jamais, nous avons déjà sauvé une dizaine de personnes sous les décombres, on va travailler 24 heures sur 24". Au total, en comptant notamment les policiers et la Croix-Rouge, un millier de personnes ont été mobilisées mardi. Une fuite de gaz les a obligé à évacuer temporairement la zone où ils intervenaient, rapporte La Repubblica (en italien). 

"Les premières victimes de surface ont été évacuées, maintenant il faut rechercher sous les décombres des bâtiments, mais il y a des milliers de tonnes de béton", a rapporté à l'AFP un pompier français venu en renfort, Patrick Villardry. "Nous faisons intervenir maintenant des pelleteuses pour déplacer les morceaux de béton les plus volumineux pour retrouver des victimes", a expliqué Emanuele Gissi à l'AFP. Interrogée par franceinfo, une Française a détaillé le chaos sur place et les difficultés des pompiers pour accéder à la zone.

Voir la vidéo

Quelles sont les réactions ?

"Nous suivons la situation minute par minute, je remercie les 200 pompiers qui sont à l'œuvre pour sauver des vies", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, dans un message posté sur Twitter.

Les deux clubs de football de la ville ont également réagi peu après l'accident. Le Genoa CFC a déclaré "suivre avec une grande appréhension les développements de la situation".

De son côté, l'UC Sampdoria s'est déclaré "sans voix".

Côté français, Emmanuel Macron a également apporté son soutien à l'Italie dans deux tweets en français et en italien.