Législatives en Israël : Nétanyahou et Gantz ont cherché à mobiliser les indécis jusqu'au dernier moment

Benyamin Nétanyahou et son rival Benny Gantz sont au coude-à-coude après les législatives du mardi 17 septembre. Le Premier ministre avait transformé la campagne en référendum sur sa personne alors qu'il est rattrapé par les affaires.

FRANCEINFO

Un scrutin serré, Benyamin Nétanyahou l'avait prévu mardi 17 septembre dans un bureau de vote de Jérusalem où il a voté avec son épouse. Le Premier ministre d'Israël a appelé les indécis à se rendre aux urnes : "J'appelle tous les citoyens à venir voter".

"Espérons un nouvel espoir"

Celui qui peut mettre un terme à l'hégémonie du patron du Likoud, c'est l'ancien militaire Benny Gantz. En avril, il avait failli l'emporter. Il dispose d'une deuxième chance : "C'est un jour très important. C'est la réalité des pays démocratiques. Tout le monde peut voter. Espérons un changement. Espérons un nouvel espoir", a lancé le leader du parti Bleu et Blanc (centre-droit). L'enjeu de l'élection est d'autant plus important pour le Premier ministre sortant est aussi cerné par des affaires de corruption, fraude et malversation. En cas de défaite, il pourrait être inculpé et poursuivi par la justice israélienne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme passe devant des affiches de campagne électorale portant les portraits du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à gauche), chef du parti Likoud, et du général israélien à la retraite Benny Gantz (à droite), l\'un des chefs du parti politique bleu et blanc (Kahol Lavan), à Tel-Aviv le 3 avril 2019.
Un homme passe devant des affiches de campagne électorale portant les portraits du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à gauche), chef du parti Likoud, et du général israélien à la retraite Benny Gantz (à droite), l'un des chefs du parti politique bleu et blanc (Kahol Lavan), à Tel-Aviv le 3 avril 2019. (JACK GUEZ / AFP)