Israël : à la conquête des électeurs venus de France

Les Israëliens sont appelés aux urnes mardi 9 avril pour les élections législatives anticipées, en forme de référendum pour ou contre Benyamin Netanyahou.

FRANCE 2

À Netanya (Israël), la plus francophone des villes israéliennes, la campagne électorale a pris l'accent français. Ceux arrivés depuis peu apprécient d'avoir des informations dans leur langue maternelle pour mieux cerner les enjeux du vote. Ces nouveaux émigrés représentent une force électorale non négligeable. 100 000 Juifs ayant la double nationalité franco-israélienne vivent désormais dans le pays et un tiers d'entre eux a rejoint l'État hébreu au cours des cinq dernières années. Traditionnellement, cet électorat vote majoritairement à droite et se fait courtiser par la classe politique.

Des candidats français

Le plateau de la télévision franco-israélienne est l'un des passages obligés pour toucher la communauté. Yair Lapid, candidat aux élections législatives opposant à Benyamin Netanyahou le sait et adapte son discours. Certains partis proposent aussi des candidats français, comme Yomto Kalfon de la Nouvelle droite. Son parti issu de la droite dure entend favoriser l'immigration massive des juifs de France vers Israël. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Benny Gantz (à gauche) et Yaïr Lapid, les deux adversaires de Benyamin Nétanyahou les mieux placés dans les sondages pour l\'élection législative en Israël, qui ont annoncé leur alliance le 21 février 2019.
Benny Gantz (à gauche) et Yaïr Lapid, les deux adversaires de Benyamin Nétanyahou les mieux placés dans les sondages pour l'élection législative en Israël, qui ont annoncé leur alliance le 21 février 2019. (THOMAS COEX / AFP)