L'Iran libère la chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert

Condamnée à 10 ans de prison pour intelligence avec Israël, la jeune femme a toujours nié être une espionne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une capture d'écran à partir d'images obtenues de la télévision d'Etat iranienne IRIB, le 25 novembre 2020, montre la chercheuse Kylie Moore-Gilbert. (IRIB NEWS AGENCY / AFP)

La chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert, condamnée à 10 ans de prison pour intelligence avec Israël, a salué mercredi 25 novembre la fin de son calvaire après sa libération acceptée par Téhéran en échange de trois Iraniens. Après plus de 800 jours de détention, cette spécialiste du Moyen-Orient a reconnu que son départ d'Iran serait "doux-amer" en dépit des "injustices" subies.

"Je suis venue en Iran en amie, avec de bonnes intentions", a-t-elle affirmé dans un communiqué publié par le gouvernement australien, dans lequel elle rend aussi hommage aux Iraniens "chaleureux de coeur, généreux et braves". La chercheuse a aussi salué dans ce texte la fin d'une "épreuve longue et traumatisante". 

Echange contre trois Iraniens

Sa famille et ses proches ont fait part dans un communiqué de leur immense soulagement après les premières images montrant la jeune femme depuis sa libération, diffusées par la télévision iranienne d'Etat. Selon ces images, Kylie Moore-Gilbert est vue à l'aéroport de Téhéran aux côtés de l'ambassadrice d'Australie en Iran, Lyndall Sachs.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, qui s'est entretenu avec la chercheuse, a salué cette libération. "C'est une personne extraordinairement forte, intelligente et courageuse, capable de dépasser ce calvaire", a-t-il déclaré à la télévision Channel 9.

"Un homme d'affaires et deux citoyens iraniens, détenus à l'étranger sur la base de fausses accusations ont été libérés en échange d'un espion de double nationalité travaillant pour le compte du régime sioniste", avait annoncé plus tôt Iribnews, site internet de la télévision d'Etat iranienne, en donnant le nom de Kylie Moore-Gilbert. La télévision n'a donné aucune autre précision sur l'échange.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.