Israël confirme avoir tiré des missiles vers la Syrie

Selon l'armée israélienne, deux roquettes syriennes ont été tirées vers le mont Hermon, sur le plateau du Golan.

L\'armée israélienne sur le plateau du Golan (Israël), le 7 août 2018.
L'armée israélienne sur le plateau du Golan (Israël), le 7 août 2018. (AMIR COHEN / REUTERS)

"Nous n'allons pas tolérer des tirs contre notre territoire." Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a indiqué, dimanche 2 juin, avoir ordonné des tirs de missiles contre des positions de l'armée syrienne après que des roquettes syriennes ont visé le territoire israélien. Selon un communiqué de l'armée, deux roquettes ont été tirées contre le mont Hermon, sur le plateau du Golan, samedi tard dans la soirée, dont une a été "localisée en territoire israélien". En réponse, l'armée israélienne a attaqué "deux batteries syriennes d'artillerie, un nombre de postes d'observations et de renseignements sur les hauteurs du Golan et une batterie de défense aérienne SA-2".

Les forces iraniennes et le Hezbollah visés

Auparavant, à Damas, une source militaire syrienne, citée par l'agence de presse officielle Sana, avait affirmé que la défense antiaérienne de l'armée syrienne était entrée en action dimanche contre des "missiles ennemis" tirés depuis Israël en direction de "positions" au sud-ouest de Damas. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé que "des entrepôts et des positions" où sont stationnées forces syriennes, forces iraniennes et des combattants du Hezbollah, ont été prises pour cible, dans la région de Kesswa.

Situé au sud-ouest de la capitale, ce secteur a déjà été visé à plusieurs reprises par le passé. Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené plusieurs raids contre le pouvoir de Bachar Al-Assad mais aussi ses alliés, l'Iran et le Hezbollah, de grands ennemis de l'Etat hébreu.