Iran : le gouvernement crée un site internet pour relancer les mariages

La République islamique s’inquiète d’une baisse de la natalité et du taux de croissance de sa population. Pour inciter les célibataires à se marier, le gouvernement a lancé un site de rencontres pour célibataires aux normes iraniennes.

Une Iranienne devant une boutique de robes de mariées à Téhéran.
Une Iranienne devant une boutique de robes de mariées à Téhéran. (Atta Kenare / AFP)

C'est avant tout une démarche politique. Le site officiel www.hamsan.tebyan.net, «Trouver son égal», présenté le 14 juin 2015 par le ministre adjoint de la Jeunesse et des Sports n'a rien de romantique. Il est surtout présenté comme une solution à un problème de société en Iran. «Beaucoup de gens sont célibataires et cela signifie pas de familles et pas d’enfants», a précisé Mahmoud Golzari qui veut promouvoir les mariages durables qui ont pour but de fonder une famille. Objectif: 100.000 unions par an.

Comment ça marche ?
Les candidats au mariage remplissent des formulaires classiques précisant leur l’âge, leur profession ou leurs hobbies. Mais ils doivent aussi répondre impérativement à des questions confidentielles sur la religion ou même la politique: «Suivez-vous les enseignements du guide suprême? Etes-vous favorable aux chaînes satellitaires?» Des informations traitées par des modérateurs chargés de trouver le conjoint parfait. Les filles et les garçons n’ont pas de contact direct sur le site. Tout doit passer par les entremetteurs avant d’organiser une rencontre en présence des parents. 

Capture d\'écran du site officiel Iranien dédié au mariage.
Capture d'écran du site officiel Iranien dédié au mariage.

Un mariage et des enfants
Ce nouveau site vise avant tout à lutter contre la baisse des mariages et la chute de la natalité en Iran. Un problème déjà soulevé par le guide suprême. L’ayatollah Khamenei avait appelé en personne le gouvernement à prendre des mesures pour augmenter les naissances. Les autorités iraniennes veulent aussi court-circuiter les sites qui proposent des mariages temporaires, «sigeh», qui rendent licites une relation sexuelle. Les relations sexuelles hors-mariages sont bannies en Iran où l’on compte quelque 11 millions de célibataires.