Cet article date de plus de huit ans.

Irak : les combattants kurdes ont besoin de missiles

Les livraisons d’armes françaises ont débuté en Irak mais les combattants kurdes en attendent encore plus. Ils luttent depuis des semaines contre une armée djihadiste très bien équipée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Une voiture de l'armée kurde © Reuters-Youssef Boudlal)

Après des semaines de combat, les peshmergas kurdes sont à l'attaque depuis une semaine. Appuyés par l'aviation américaine ils reprennent à l'Etat Islamique quelques-unes des positions perdues depuis le début août, notamment le plus grand barrage du pays. "Ils ont récupéré toutes les armes des 70.000 hommes de l’armée irakienne qui étaient à Mossoul et qui ont tout laissé derrière eux ", raconte un général peshmergas.

"Nos armes sont vieilles et pas particulièrement puissantes" (un général peshmerga)

 

En face d'eux, ils ont une armée djihadiste très bien équipée. Les combattants kurdes n'ont pas encore reçu toutes les armes qu'il leur faudrait, même si les livraisons françaises ont déjà commencé. Ce n’est pas assez pour les peshmergas : "C’est ce vendredi qu’on a reçu les premières armes françaises ", explique le général, "nos armes sont vieilles et pas particulièrement puissantes et nous avons expliqué au gouvernement français ce dont disposait l’Etat islamique et ce qu’il nous fallait pour le combattre ". Le général poursuit en indiquant que son armée a besoin de "missiles anti-chars pour percer les blindage ", notamment le missile Milan.

A LIRE AUSSI ►►►  Irak : des villageois yézidis "massacrés" par l'Etat islamique

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.